Saint-Gall: Un auteur de bagarres puni et expulsé de Suisse

Publié

Saint-GallUn auteur de bagarres puni et expulsé de Suisse

Un Kosovar de 24 ans écope de plus de sept ans de réclusion. Ensuite il sera banni de notre pays.

C’est dans ce passage, en 2019, que l’accusé a frappé quatre personnes qui participaient à un enterrement de vie de garçon.

C’est dans ce passage, en 2019, que l’accusé a frappé quatre personnes qui participaient à un enterrement de vie de garçon.

20min/Seline Bietenhard

Un Kosovar de 24 ans a comparu, la semaine passée, devant le Tribunal de district de Saint-Gall. Lors d’une dispute avec un collègue, il avait tabassé un groupe de quatre personnes qui participaient à un enterrement de vie de garçon. Lors d’une autre altercation, il avait grièvement blessé un homme.

Lors de l’audience, son défenseur avait plaidé pour une peine de prison de 37 mois et une amende de 400 fr. Le Ministère public, pour sa part, avait requis une peine de prison de 7 ans et 6 mois, une peine pécuniaire avec sursis de 50 jours-amende à 30 fr. et une amende de 400 fr. Le tout assorti d’une expulsion du territoire suisse de 15 ans. À noter que, durant le procès, le prévenu a demandé au juge de l’expulser de Suisse afin qu’il puisse prendre un nouveau départ au Kosovo.

Vœu exaucé

Son souhait est désormais exaucé. Le jugement, prononcé il y a peu, indique que l’homme de 24 ans est reconnu coupable de lésions corporelles graves, de multiples tentatives de lésions corporelles graves, d’agression, de voies de fait et de divers autres délits. Il écope de 7 ans et 6 mois de prison. Il sera ensuite expulsé de Suisse pour 15 ans. Une mesure stationnaire, comme l’avait initialement demandé le Ministère public dans l’acte d’accusation, n’est pas ordonnée.

Le jeune homme devra en outre verser des dommages et intérêts et une réparation morale à une assurance ainsi qu’à certaines victimes pour un montant de plus de 49’000 fr. En outre, les frais de procédure, s’élevant à 80’000 fr., sont mis à sa charge. D’autres versements pour tort moral et de dommages et intérêts seront traités par la justice civile. L’accusé peut encore faire appel.

(sbi/jeb/jbm)

Ton opinion