Coupe du monde: Un avocat poursuit la FIFA pour 1 milliard
Actualisé

Coupe du mondeUn avocat poursuit la FIFA pour 1 milliard

Le Colombien Aurelio Jimenez, 74 ans, s'estime grugé par l'arbitrage durant la dernière Coupe du monde. Il se retourne contre la Fédération internationale pour tort moral!

par
duf
Le quart de finale perdu par la Colombie face au Brésil a laissé une équipe et un pays en grande détresse.

Le quart de finale perdu par la Colombie face au Brésil a laissé une équipe et un pays en grande détresse.

L'homme de loi d'origine colombienne explique que lors du quart de finale du Mondial au Brésil qui a vu le pays hôte s'imposer 2-1 face à la Colombie de son c½ur, la mauvaise qualité de l'arbitrage l'a mis en situation de «grande détresse». Jimenez affirme avoir dû être emmené à l'hôpital en raison de troubles cardiaques liés à cet état. Il réclame 1,472 milliards de dollars (environ 1,33 milliards de francs).

L'arbitre espagnol de ce quart de finale, Carlos Velasco Carballo, avait déjà été passablement critiqué au terme de sa prestation. Placé sous son autorité, ce match avait été celui à avoir accumulé le plus de fautes durant le tournoi. L'attaquant colombien James Rordriguez avait été la victime de nombre d'entre elles. C'est aussi dans ce match que la star brésilienne Neymar avait été blessée au dos par le Colombien Juan Zuniga.

Aurelio Jimenez a assuré à la BBC qu'il avait des «preuves» de «malveillance», dont de multiples témoignages de vedettes du football comme Pelé, Maradona, David Ospina et James Rodriguez, ainsi que plusieurs arbitres internationaux qui avaient décrypté la rencontre en images. Evoquant sa condition durant la partie, l'avocat septuagénaire a juré qu'il se sentait «très mal». «J'ai eu le c½ur brisé. Mon rythme cardiaque a changé et mes proches m'ont emmené aux urgences. J'étais entouré de mes petits-enfants qui pleuraient beaucoup.»

«J'ai décidé de poursuivre la FIFA dans le système judiciaire colombien, car durant cette Coupe du monde au Brésil il y a eu beaucoup de malveillances liées à l'arbitrage. Elles ont fait du tort à beaucoup de pays et leurs sélections, parmi lesquelles l'équipe colombienne», a détaillé Jimenez.

Ni la FIFA, ni l'arbitre Velasco Carballo incriminé n'ont voulu commenter cette affaire.

Ton opinion