Suisse: Un banquier fait perdre des millions à un client
Actualisé

SuisseUn banquier fait perdre des millions à un client

Un ancien conseiller de la banque a provoqué une perte de 50 millions de francs chez un client.

par
Pascal Schmuck
C'est en faisant le ménage que le Credit Suisse a découvert le pot aux roses.

C'est en faisant le ménage que le Credit Suisse a découvert le pot aux roses.

photo: Keystone

Un conseiller à la clientèle du Credit Suisse a escroqué plus de 50 millions de francs à un client étranger très fortuné, révèle le Tages-Anzeiger dans son édition du 20 janvier en citant des sources bien informées.

Le numéro deux de l'industrie bancaire en Suisse en avait fait mention dans son rapport du troisième trimestre sous la mention «Customer Account Matters» mais sans donner de détails. Le Credit Suisse se contentait de déclarer qu'un de ses conseillers avait dépassé ses compétences et provoqué une forte perte par une concentration excessive de risques.

Le Credit Suisse fait le ménage

La banque, qui a lancé une enquête interne et épluché les transactions du client, a entretemps licencié son collaborateur et déposé plainte à son encontre. Le montant en question ne ressort pas dans les comptes de la banque. Cette dernière s'est contentée de déclarer des coûts d'exploitation de 98 millions de francs dans sa gestion de fortune de clients, comprenant des réserves pour litiges, précise le quotidien zurichois.

Ces provisions pourraient être revues à la hausse dans les comptes du quatrième trimestre, ajoutent les sources. Car le montant total des pertes qu'a subi le client reste encore inconnu, d'autant que le conseiller a cherché à les dissimuler. Reste également à savoir si le conseiller a caché ses malversations pour son enrichissement personnel. Le Credit Suisse n'a pas voulu donner de détails sur cette affaire.

Ce dossier est sorti au grand jour dans le cadre du grand nettoyage auquel s'est attelé le nouveau directeur général Tidjane Thiam. C'est en effet la banque qui a découvert le pot aux roses et non le client grugé, qui ne s'était aperçu de rien.

Ton opinion