Somalie: Un bateau britannique relâché par les pirates
Actualisé

SomalieUn bateau britannique relâché par les pirates

Après versement d'une rançon par l'armateur italien, des pirates somaliens ont laissé repartir samedi un vraquier britannique de 32 000 tonnes, le Malaspina Castle, a annoncé le gouvernement bulgare.

A Washington, le président américain Barack Obama a reçu Richard Phillips, libéré en avril par la Marine américaine.

Le navire, capuité le 6 avril dernier, a un équipage de 24 membres, dont 16 Bulgares. «Les exigences des pirates ont été satisfaites et le bateau a pu repartir», a dit Milen Keremedchiev, vice-ministre bulgare des Affaires étrangères, qui n'a pas précisé le montant de la rançon versée. Il a encore ajouté que tous les membres d'équipage étaient en bonne santé.

Andrew Mwangura, coordinateur du Programme d'assistance aux marins d'Afrique de l'Est, basé à Mombasa, au Kenya, a lui confirmé la libération du Malaspina Castle.

Reçu avec son otage

Les pirates somaliens détiennent toujours une vingtaine de navires et près de 300 otages.

M. Obama a reçu samedi à la Maison Blanche Richard Phillips, qui avait été pris en otage en avril par des pirates au large des côtes somaliennes avant d'être libéré par une opération commando de la Marine américaine.

M. Phillips, 53 ans, capitaine du porte-conteneurs Maersk Alabama, a été reçu en compagnie de son épouse Andrea dans le Bureau ovale, une visite qui n'avait pas été annoncée publiquement par la Maison Blanche.

Procès attendu

Il devait également assister samedi soir au dîner organisé par les correspondants de presse accrédités à la Maison Blanche, un événement mondain au cours duquel le président américain reçoit chaque année des représentants du monde de la presse et de la politique, ainsi que des célébrités.

Lorsque son bateau avait été attaqué par des pirates le 8 avril, M. Phillips s'était offert comme otage en échange de la liberté pour l'équipage et la possibilité que le Maersk Alabama puisse reprendre sa route.

Son sauvetage par les SEALS, les forces spéciales de la marine américaine, avait fait les gros titres de la presse aux Etats-Unis. Trois des quatre auteurs de la prise d'otage ont été tués dans l'opération et le quatrième attend d'être jugé à New York.

(ats)

Ton opinion