Actualisé 22.09.2018 à 06:37

Grisons«Un bête hasard qu'Anil soit monté dans l'auto»

Un ado de 17 ans avait péri dans un grave accident de la route, le week-end passé à Haldenstein (GR). Sa famille fait désormais de gros reproches au conducteur.

de
Noah Knüsel/ofu
1 / 2
Un jeune homme de 17 ans a perdu la vie dans un accident de la route à Haldenstein (GR) dans la nuit de vendredi à samedi (14 au 15 septembre 2018).

Un jeune homme de 17 ans a perdu la vie dans un accident de la route à Haldenstein (GR) dans la nuit de vendredi à samedi (14 au 15 septembre 2018).

Police cantonale des Grisons
Une enquête est en cours.

Une enquête est en cours.

Police cantonale des Grisons

«C'est inexplicable pour nous. Le plus jeune de la famille ne rentrera plus jamais», raconte à «20 Minuten» Özgür Arslan. Domicilié à Coire (GR), il est le cousin d'Anil, l'adolescent de 17 ans décédé le week-end passé à Haldenstein (GR) dans un accident de la route.

Au moment de l'entretien avec nos confrères alémaniques, toute la famille est assise autour de la même table. Mais c'est surtout le cousin de la victime qui parle. La mère, le père et le frère semblent exténués. Leur regard est vide. Özgür Arslan: «C'était un bête hasard qu'Anil soit monté dans cette voiture.»

Pas de permis de conduire

Le véhicule en question était conduit par L.T., une connaissance d'Anil. Le jeune homme de 18 ans n'était qu'un apprenti conducteur. Il n'avait donc pas encore son permis en poche. Le soir des faits, il avait subtilisé la voiture à un membre de sa famille. «Anil n'avait plus de contact avec L.T. depuis deux ans. Mais, comme plusieurs de ses amis se trouvaient dans la voiture, il est aussi monté à bord.»

Depuis le drame, on n'arrête pas de sonner à la porte de la famille. Des proches, des amis et des connaissances viennent proposer leur aide ou simplement faire part de leur tristesse. «C'est très touchant. On ne pourra jamais assez remercier les gens pour leur immense soutien.»

«Il souhaite parler à la famille»

Anil a été enterré mardi à Coire. Plus de 700 personnes ont fait le déplacement pour assister aux funérailles. «Ça nous montre à quel point il était aimé et que nous ne sommes pas seuls.» Özgür Arslan se dit en revanche «déçu» du conducteur, qui ne se serait pas manifesté. «C'est si faux de ne pas avoir trouvé le courage d'assumer son erreur.»

L'avocat du conducteur, Erich Vogel, livre une version plus nuancée de la situation de son client: «Il souhaite parler à la famille, mais nous ne savions pas si elle voulait le voir. Du coup, on s'est mis d'accord avec la police afin qu'elle se renseigne auprès de la famille de la victime pour savoir si sa présence est souhaitée ou non.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!