Genève: Un «bol d’air» pour les élèves et les enseignants
Publié

GenèveUn «bol d’air» pour les élèves et les enseignants

Le DIP va proposer sur une quinzaine de jours une cinquantaine d’activités extrascolaires en lien avec la culture et le sport. Une «bouffée d’oxygène» après douze mois compliqués.

par
Léonard Boissonnas
L’Orchestre de la Suisse romande (OSR) va offrir une sorte de tournée musicale d’école en école avec une roulotte.

L’Orchestre de la Suisse romande (OSR) va offrir une sorte de tournée musicale d’école en école avec une roulotte.

OSR/H. Cunningham

Ecoles fermées, semi-confinement, port du masque, gestes barrières, quarantaines, scolarité à distance: durant cette dernière année, élèves comme enseignants ont dû s’adapter au contexte de la pandémie, générant une «immense pression», comme l’a relaté mardi la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta, chargée du Département de l’instruction publique genevois (DIP). «Il n’y a pratiquement plus d’activités qui sortent du cadre scolaire, plus de sorties de classe, plus de camps, a-t-elle expliqué. Tout ce qui donne une bouffée d’oxygène a disparu, tout le monde a besoin d’un bol d’air.» Pour pallier le problème et «prendre le temps de souffler par des moments plus conviviaux et festifs», le DIP a mis en place un projet inédit, sous l’appellation «Mars contre-attaque!». Une cinquantaine d’activités culturelles et sportives, réparties en 150 rendez-vous, vont être proposées à l’ensemble du corps scolaire, de la 1P aux classes terminales, entre le 15 et le 31 mars.

En flux continu

Théâtre, cinéma, danse, musique, football, volley, tennis, basket: une quarantaine d’acteurs locaux (associations, festivals, sportifs, clubs) ont répondu présent avec diverses propositions, la plupart étant évidemment en ligne, contexte oblige. Ainsi, des concerts et des spectacles en flux continu seront diffusés dans les classes et des interactions avec les artistes ou sportifs pourront aussi avoir lieu au milieu d’une projection ou d’une prestation. Des rencontres «intimistes» entre une classe et un intervenant sont également prévues. Pour Anne Emery-Torracinta, le but de ce projet est de faire l’école autrement pendant quinze jours, rétablir le lien entre l’école et la Cité et donner aux artistes et aux sportifs l’occasion de se produire ou d’intervenir. «C’est aussi fédérer, car c’est la première fois qu’il y a un projet pour tous.»

Musique classique, rap, marionnettes

Parmi les activités proposées, l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) va offrir une sorte de tournée musicale d’école en école avec une roulotte, sur laquelle se produira un quintett à vent durant une vingtaine de minutes, dans le préau et à écouter depuis les fenêtres des classes. Autre proposition: le 16 mars, un concert réunissant la crème du rap local, proposé par Transforme, Antigel et PTR, sera diffusé en direct dans les classes du secondaire. Le Théâtre de Marionnettes va présenter aux élèves du primaire un film, tourné pour l’occasion dans son grenier, retraçant l’histoire du théâtre. Du côté du sport, des interviews et échanges avec des sportifs d’élite comme la joueuse de tennis Timea Bacsinszky, le champion de motocross Marc Ristori ou encore les athlètes du Team Genève sont à l’ordre du jour. Des rencontres avec des équipes phares sont aussi au menu avec Genève Elite Basket, Lions de Genève, Servette FC, ou Chênois Féminin.

«Booster les élèves»

Les enseignants pourront choisir parmi les projets, en s’inscrivant en ligne, ou en proposer eux-mêmes, a indiqué Anne Emery-Torracinta. La conseillère d’Etat voit aussi dans «ce bol d’air» l’opportunité de «redonner le punch pour booster les élèves avant la fin de l’année.» Le projet n’«empiétera» pas sur le programme scolaire, assure-t-on: les fenêtres horaires prévues pour ces activités ne concernent que quatre heures par jour, à choix: «On aimerait que chaque classe fasse au moins une activité par semaine», a indiqué Nadia Keckeis, directrice du Service écoles et sport, art, citoyenneté du DIP. De plus, a rappelé Anne Emery-Torracinta, de nombreuses activités n’ont pu avoir lieu en raison du Covid, comme les cours de gym, les échanges linguistiques ou encore les camps. «Il n’y a pas eu de sortie, c’est du temps qu’on leur doit», a ajouté Paola Marchesini, secrétaire générale du DIP.

Réflexion sur les examens de fin d’année

Parallèlement à «Mars contre-attaque!», le DIP, qui a constaté une recrudescence du besoin d’écoute et d’échange des élèves, va renforcer son dispositif de permanences dans le secondaire. Par ailleurs, une réflexion pour préparer et, en quelque sorte, «rassurer» les élèves en vue des examens de fin d’année et travailler concrètement sur les évaluations dans ce contexte particulier va être menée. «Cela ne veut pas dire que nous allons baisser les exigences», a indiqué Anne Emery-Torracinta. Mais cela peut être un livre de moins à étudier, par exemple. «C’est tenir compte du fait que c’est une année particulière et s’assurer que les élèves partent au mieux pour les examens», a-t-elle souligné.

Ton opinion

173 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Mais quelle générosité du DIP

03.03.2021, 22:34

Quel effort !Et ceux qui ont tout Abandonné on nous rembourse comment?...En commençant par l’argent des sportif cadres et des études à la maison,l’argent le psychisme et les études comment remboursez vous ceci? Pour les voyages d’étude en janvier 2020 500.- pour visiter Lucerne à verser sans délais,mais rembourser seulement en fin de 2020 après plusieurs mails...

Aliss

03.03.2021, 20:00

Tellement heureuse d’entendre qu’il va y avoir de la musique dans les ecoles... quel beau projet même pour les enfants en primaire j’espère ils en n’ont tellemelnt besoin

DrPsy

03.03.2021, 19:09

Les élèves et les enseignants vont de plus en plus mal. Jusqu'à présent personne ne s'est vraiment préoccupé du bien être des élèves et de profs, alors saluons cette initiative qui certes n'est pas suffisante mais va dans le bon sens. Les critiques sont pour le coup très maladroites ...