Actualisé 04.07.2006 à 22:56

Un brocanteur futé déniche un Van Gogh

Un brocanteur a fait l'acquisition d'un tableau qui pourrait valoir des millions.

L'histoire de Jules Pétroz a fait le tour du monde. Son premier chapitre du moins. En 1997, ce brocanteur achète pour 20 fr., aux puces de Plainpalais, une «croûte» sous laquelle il découvrira un nu peint par Manet. Le tableau du maître impressioniste repose aujourd'hui dans un coffre d'une banque genevoise. Un autre l'accompagne. C'est le deuxième chapitre de ce qui pourrait être l'incroyable destin de Jules Pétroz.

Quelques années plus tard, le Genevois tombe sur le portrait d'un homme émacié, aux moustaches fines. Coup de cœur. Il le rachète à l'antiquaire qui le possède. Plusieurs indices font penser à Jules Pétroz qu'il a déniché un autoportrait de Van Gogh. Cote sur le marché de l'art: 50 millions. «Moi je reste prudent, dit Jules Pétroz. Je ne dis pas qu'il s'agit d'un Van Gogh. Je veux juste être fixé.»

S'agit-il d'un portrait de la période parisienne (1886-1888)? Le personnage représenté est émacié. A cette époque, Van Gogh, malade, frôle la mort. Le personnage porte des habits dans lesquels Van Gogh s'est peint, dans des autoportraits reconnus. La toile utilisée correspondrait à celles, tissées à la main, de l'époque. «Il y a 26 autoportraits connus pendant son séjour parisien, reprend Jules Pétroz. La plupart sont réapparus accidentellement.»

Pour le Musée Van Gogh d'Amsterdam qui s'est prononcé sur photo, le tableau ne vient pas du maître. «Mais il est réputé pour sa grande réserve», selon le brocanteur. Un expert parisien a d'abord donné une réponse positive avant de se rétracter. Mais, vérifications faites par Jules Pétroz, l'expert a été inexact sur plusieurs points de la biographie parisienne de Van Gogh. Autre possibilité: il s'agirait d'un portrait de Van Gogh peint par son colocataire lutécien.

David Haeberli

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!