Actualisé

ParisUn bronze de Camille Claudel vendu 1,2 million

«L'Abandon» est parti à 1,2 million d'euros, lors de la vente lundi soir par Artcurial de 17 oeuvres de l'artiste encore en possession de sa famille.

Un résultat triple par rapport à l'estimation, douze préemptions et 1,2 million d'euros pour un bronze célèbre : Camille Claudel a fait tourner les têtes lundi soir à Paris lors de la vente par Artcurial de 17 de ses oeuvres.

Lot phare de cette dispersion des dernières pièces encore en possession de la famille de l'artiste, «L'Abandon» (1886) est parti à 1,187 million d'euros, doublant son estimation basse. Fondu entre 1905 et 1922 du vivant de l'artiste, c'est le dernier bronze, dans sa version grand format (62 cm de haut), d'une série de 18 exemplaires.

Inspiré des retrouvailles de Sakountala et de son époux au Nirvana, l'oeuvre avait été acquise auprès du fondeur par Jacques de Massary, neveu de l'artiste (fils de sa soeur Louise). Elle appartient désormais à un «collectionneur international», selon Artcurial.

Record pour un plâtre

La majeure partie des autres pièces proviennent de la maison de la famille Claudel à Villeneuve-sur-Fère (Aisne). Camille avait aménagé un atelier dans le grenier de cette demeure rachetée en 1926 par Jacques de Massary.

Deux esquisses de «l'Abandon» en terre cuite, «Etude I pour Sakountala» et «Etude II pour Sakountala» (estimation 50'000 - 70'000 euros chacune), ont été préemptées respectivement par le musée Rodin et le Musée d'Orsay. La deuxième a atteint 467'800 euros ( estimation 50'000 - 70'000 euros), troisième meilleure adjudication de la soirée.

Les enchères se sont également envolées pour la «Petite châtelaine à la natte courbe», portrait touchant et plein de vie, adjugé à 492'600 euros (estimé 50'000 - 70'000 euros), Un record pour un plâtre de Camille Claudel vendu aux enchères, selon Artcurial.

12 oeuvres préemptées

Vendu 430'600 euros, «L'Homme penché» (60'000 - 80'000 euros) a été préempté par la «Piscine de Roubaix». Avec cette sculpture créée dans l'atelier de Rodin en 1886, Camille Claudel démontre à 21 ans toute sa maîtrise technique.

Beau score également pour «Mon Frère ou Jeune Romain» (80'000 - 120'000 euros), adjugé 207'400 euros. Ce portrait de Paul Claudel présente une patine bichrome à la façon des terres cuites florentines du Quattrocento.

La vacation a totalisé 3,5 millions d'euros, plus du triple de son estimation globale. 12 oeuvres ont été préemptées par six musées, dont le Musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine (4), les Musées de la ville de Poitiers (3) et le Musée d'Orsay (2). (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!