Assurance-maladie: Un bug fait dérailler les subsides de 6000 Vaudois
Publié

Assurance-maladieUn bug fait dérailler les subsides de 6000 Vaudois

Des assurés ont eu des sueurs froides en découvrant leurs primes 2019. L'OVAM connaît une panne de logiciel, mais la situation ne devrait pas durer.

par
Francesco Brienza
Les normes d'attribution du subside à l'assurance-maladie ont été adoucies le 1er janvier 2019.

Les normes d'attribution du subside à l'assurance-maladie ont été adoucies le 1er janvier 2019.

Keystone

Léger coup de panique chez de nombreux assurés au bénéfice d'un subside pour l'assurance-maladie dans le canton de Vaud. Sur certaines primes 2019 envoyées par les caisses en ce début d'année, le subside accordé par l'Office vaudois de l'assurance-maladie (OVAM) ne figure tout simplement pas. «Dans notre famille, nous devons sortir 37% de notre salaire pour payer ces primes, s'affole par exemple Sonia*. Je ne peux pas payer 1000 francs de plus comme ça!» La Vaudoise a cherché à joindre l'OVAM pour obtenir des explications, mais les bureaux sont actuellement fermés en raison d'une surcharge de travail (lire ci-dessous).

Vérification faite, entre 5000 et 6000 dossiers sont touchés dans le canton. «Nous avons été victimes d'un bug informatique dans la transmission des informations aux différentes caisses-maladie», informe Fabrice Ghelfi, directeur général de la cohésion sociale. En clair, ces subsides ont bien été accordés, mais les assureurs ne pouvaient pas le savoir, puisque le flux informatique a été victime d'une défaillance. «Nous traitons actuellement ce bug de manière à ce qu'il ne se représente plus, reprend-il. Des techniciens sont sur le coup. Et les dossiers touchés sont traités manuellement.» Selon lui, tout rentrera dans l'ordre dans une semaine ou deux.

En attendant, les 6000 personnes concernées n'ont pas à s'inquiéter: les assureurs ont été avertis et ils ne mettront personne aux poursuites pour des factures erronées impayées.

*Prénom d'emprunt

Surcharge de travail chronique

Impossible pour Sonia, ni pour aucun autre assuré d'atteindre l'Office vaudois de l'assurance-maladie. Ses bureaux sont fermés et il ne prend pas les téléphones jusqu'au 4 février. «Nous connaissons une surcharge de travail chronique depuis 18 mois, indique Fabrice Ghelfi. Cette manière de faire est la seule qui nous permet de rattraper un peu notre retard.» Soulagés de la relation avec les assurés, les collaborateurs ont une productivité supplémentaire de 25% dans le traitement des dossiers. C'est le cas une semaine sur deux. «Cela peut sembler un peu barbare, mais avec près de plus de 16'000 nouveaux dossiers ouverts en 2018 et les nouvelles normes élargies d'attribution du subside au 1er janvier 2019, la masse de travail est exceptionnellement forte.»

Ton opinion