Zurich – Un Bulgare écope de 50 mois de prison pour traite d’êtres humains

Publié

ZurichUn Bulgare écope de 50 mois de prison pour traite d’êtres humains

Alors que le procureur avait requis une peine de six ans et dix mois et une expulsion de sept ans, le Tribunal de district de Zurich s’est finalement décidé pour une peine réduite.

par
aze
Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

Le «Tages-Anzeiger» annonce que le Tribunal de district de Zurich a condamné un Bulgare de 35 ans à 50 mois de prison et à une expulsion du territoire de dix ans pour traite d’êtres humains, agressions et incitation à la prostitution.

Alors âgé de 23 ans, l’accusé avait rencontré une fille de 18 ans à l’occasion d’une fête d’anniversaire en Bulgarie. Issue d’un milieu pauvre et en rupture familiale, cette dernière avait déjà quitté le pays sans argent ni vêtements.

Profitant de sa situation précaire, le Bulgare déjà actif dans le milieu de la prostitution, l’avait embobinée avant de l’envoyer pendant sept ans faire le tapin en Allemagne et en France. Usant de fausses promesses d’avenir commun, d’aveux d’amour, d’espoir d’une vie meilleure mais aussi de menaces, d’humiliations et de coups, il tenait la jeune femme sous sa coupe, explique le quotidien zurichois.

Peine réduite

En mai 2016, l’accusé a déplacé sa zone d’activité à Zurich. Dès lors et jusqu’en septembre 2018, elle lui aurait remis environ 344’000 francs. Le «Tages-Anzeiger» dévoile que l’homme de 35 ans se servait de cet argent pour s’acheter de l’or, des voitures de luxe, de l’alcool et des drogues tout en finançant également la vie de sa famille en Bulgarie.

Le Bulgare de 35 ans a demandé un acquittement au tribunal. Il a affirmé que la jeune femme «travaillait pour elle et non pour lui» et a ajouté qu’il ne se considérait pas comme un proxénète car, selon lui, un proxénète, c’est «quelqu’un qui a cinq à dix femmes et des maisons closes».

Le procureur avait requis une peine de prison de six ans et dix mois et une expulsion de sept ans, estimant que la victime avait été manipulée. «Elle était la marionnette dont l’accusé tirait les ficelles» a-t-il déclaré. La raison pour laquelle le tribunal a réduit la peine n’est pas connue.

Ton opinion