Genève: Un camp de Roms crée la division
Actualisé

GenèveUn camp de Roms crée la division

Un campement de Roms est établi en pleine forêt. Les autorités se renvoient la balle de l'évacuation du lieu.

par
Raphaël Leroy

Une demi-douzaine de matelas empilés en guise de toit. Des habits et des détritus éparpillés au hasard. Ce tableau n'est pas celui d'une déchetterie mais d'un logement de fortune érigé par des Roms au sein même des falaises de Champel, en contrebas de l'Hôpital Beau-Séjour, à Genève.

Cela fait déjà plusieurs semaines qu'ils ont élu domicile sur cette parcelle pentue et difficile d'accès. Ils connaissent bien l'endroit pour y avoir déjà séjourné en janvier 2010 avant d'en être expulsés. Des grues avaient même été utilisées pour vider le campement.

Ni voirie, ni police

Aujourd'hui, le problème resurgit, même si le voisinage ne s'offusque pas trop de leur présence. Le terrain est en main privée. Si la propriétaire n'a pas déposé plainte, elle a donné carte blanche aux autorités pour évacuer les lieux. Pourtant, rien ne se passe.

«La voirie attend l'impulsion de la gendarmerie sans quoi elle ne peut intervenir, indique Caroline Widmer du département de l'environnement urbain et de la sécurité. Et qui de la Ville ou du propriétaire doit payer?» Du côté de la police, on botte en touche. «La difficulté, c'est la configuration du terrain, explique son porte-parole, Philippe Cosandey. On ne souhaite pas mettre la voirie en danger. Des discussions sont en cours.»

Trop d'intervenants?

Des pourparlers qui s'annoncent longs. Outre la voirie et la gendarmerie, la police municipale, la protection civile, le garde-faune et la gestion des déchets interviennent dans des cas similaires.

Ton opinion