Elections à Porrentruy (JU): Un candidat malgré lui à la mairie

Actualisé

Elections à Porrentruy (JU)Un candidat malgré lui à la mairie

Le socialiste François Laville est candidat malgré lui au 2e tour de l'élection à la mairie de Porrentruy le 21 décembre.

A moins que le principal lésé de cette décision de l'exécutif mercredi soir, le candidat chrétien-social Thomas Schaffter ne recoure, ce qu'il n'exclut pas.

Arrivé troisième du premier tour derrière le maire PDC sortant Gérard Guenat et le chrétien-social indépendant (PCSI) Thomas Schaffter, le fils du ministre Laurent Schaffter, François Laville a déposé sa liste lundi matin pour le 2e tour. Mais lundi soir, l'assemblée du PS décidait de renoncer à concourir et la candidature était retirée mardi matin.

Le PS ignorait toutefois que la loi sur les communes interdit le retrait d'une liste dûment déposée. Suivant l'avis demandé au service des communes, le Conseil municipal de Porrentruy a décidé mercredi soir de suivre la loi. Le Service des communes lui laissait toute liberté.

«En l'absence de jurisprudence et de points de repère dans l'application de la loi, une décision de justice peut apporter l'éclairage qui fait défaut», écrit le service des communes dans son avis que s'est procuré l'ATS.

PS muet

Le recours ne viendra pas du PS. «L'interprétation de la loi, qui ne tient pas compte de notre bonne foi, ne nous convient pas», a dit à l'ATS Julien Loichat, président du PS bruntrutain. «Mais c'est au Parlement de corriger les textes».

Pour le 2e tour, «nous nous en tenons à notre décision de ne pas participer. Nous ne ferons pas campagne et ne donnerons aucune recommandation de vote», a-t-il ajouté.

Même sans campagne socialiste, cette triangulaire n'est pas pour arranger les affaires de M. Schaffter, dont les chances de l'emporter dans un duel avec le maire sortant étaient réelles. Pour la première fois au 1er tour, les voix de gauche réunies l'emportaient en effet de 13 unités sur celles de droite.

Recours pas exclu

Interrogé par l'ATS mercredi soir, M. Schaffter a déclaré attendre jeudi pour analyser la situation. Il décidera alors d'un éventuel recours afin que l'électeur sache clairement à quoi s'en tenir, plutôt que risquer un recours après l'élection.

Son parti est plus vindicatif. Dans un communiqué mercredi soir, il déclare que «la majorité PDC à l'exécutif a imposé sa loi. La peur au ventre, (elle a) refusé que la liste PS soit retirée avec pour seul but de semer la confusion parmi les électeurs et ainsi fausser le résultat des élections», écrit le PCSI.

Au 1er tour, le maire sortant PDC Gérard Guenat est arrivé en tête, avec 916 voix. Il était suivi, avec 734 voix, par le fils du ministre Laurent Schaffter, Thomas, chrétien-social indépendant (PCSI) et du socialiste François Laville (701 voix). Le candidat radical arrivait en quatrième position. (ats)

Ton opinion