Lutte contre le Sida: Un cardinal africain défend l'usage du préservatif
Actualisé

Lutte contre le SidaUn cardinal africain défend l'usage du préservatif

Le cardinal ghanéen Peter Kodwo Appiah Turckson a défendu lundi l'usage du préservatif, en particulier quand un membre d'un couple est contaminé, de même que l'abstinence et la fidélité pour combattre le problème du Sida, très répandu en Afrique.

Le pape Benoît XVI avait soulevé une immense polémique en mars lorsque, dans l'avion qui l'amenait au Cameroun et en Angola, il avait déclaré que l'usage du préservatif «aggravait» le problème du Sida.

«Bien sûr, il faut promouvoir l'utilisation du préservatif mais il y a des risques car en Afrique, ils ne sont pas toujours de bonne qualité» et ils donnent un sentiment de «fausse sécurité», a déclaré le cardinal Turckson lors d'une conférence de presse, au premier jour du synode sur l'Afrique organisé au Vatican jusqu'au 25 octobre.

Le cardinal, rapporteur du synode, et responsable de l'Eglise au Ghana, répondait à la question d'un journaliste.

«La fidélité et l'abstinence sont tout à fait importantes», a poursuivi le prélat, qui a aussi affirmé qu'il fallait «poursuivre les recherches» sur la maladie et «rendre disponibles les médicaments». «Ils sont très chers et la question de leur coût doit être affrontée», a-t-il affirmé.

Premier pape noir?

Lors d'une conférence de presse lundi, un journaliste a demandé au cardinal Turkson s'il pensait que le temps était venu pour qu'il y ait un pape noir, particulièrement à la lumière de l'élection de Barack Obama aux Etats-Unis.

«Pourquoi pas?», a répondu Turkson. Il a précisé que chaque homme qui accepte d'être ordonné prêtre doit souhaiter devenir pape, et reçoit une formation qui l'y prépare en étant archevêque et cardinal. Il a également noté que l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan venait du Ghana.

La possibilité d'avoir un jour un pape originaire d'un pays en développement est de plus en plus évoqué, car c'est là que la croissance de l'Eglise catholique est la plus forte. En Afrique, entre 1978 et 2007, le nombre de catholiques est passé de 55 millions à 146 millions. En revanche, les catholiques sont de moins en moins nombreux en Europe.

(afp)

Ton opinion