Grèce – Un cargo avec 400 migrants à bord a été secouru près des côtes crétoises
Publié

GrèceUn cargo avec 400 migrants à bord a été secouru près des côtes crétoises

Le navire, qui avait émis un signal d’alerte suite à un problème de moteur, était parti de Turquie. Ses occupants sont tous sains et saufs.

Un cargo transportant 400 migrants s’est retrouvé coincé au sud-est de la Crète. Il a dû être secouru vendredi après-midi par les garde-côtes grecs.

Un cargo transportant 400 migrants s’est retrouvé coincé au sud-est de la Crète. Il a dû être secouru vendredi après-midi par les garde-côtes grecs.

AFP

Un cargo transportant 400 migrants a été secouru vendredi après-midi par les garde-côtes grecs, selon leur communiqué. Le navire qui avait un problème de moteur et avait émis un signal d’alerte était parti des côtes turques avant de se retrouver coincé au sud-est de l’île de Crète selon les garde-côtes grecs. Les 400 passagers sont sains et saufs selon la police portuaire.

Vendredi soir, les autorités grecques n’avaient pas encore décidé si les migrants seraient transportés sur le continent grec ou s’ils resteraient en Crète. D’après les garde-côtes grecs, «cette opération est une des plus grandes jamais menées dans cette zone de la Méditerranée orientale».

Trois naufrages et six morts cette année en mer Égée

Mardi, quatre migrants sont morts noyés au large de l’île grecque de Chios, en mer Égée.

Selon le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), plus de 2500 personnes ont fait la traversée de la mer Égée cette année à partir de la Turquie voisine, contre 9700 en 2020, année pour laquelle le HCR a recensé plus de 100 morts ou disparus.

Pour 2021, le HCR-Grèce avait recensé jusqu’à ce dernier accident trois naufrages en mer Égée entre janvier et mars ayant fait six morts, dont l’un dans les eaux territoriales grecques au large de l’île de Lesbos.

Pour sa part, l’Organisation internationale des migrations a signalé trois autres naufrages entre avril et septembre dans la même zone ayant fait 13 morts dont huit au large de l’île grecque de Crète.

(AFP)

Ton opinion