Lausanne: Un cas de gale à la garderie de l'EPFL
Actualisé

LausanneUn cas de gale à la garderie de l'EPFL

Une affichette placardée à l'entrée de la garderie inquiète des parents. L'information sur le cas de gale est peu claire et lacunaire, selon une maman.

par
apn
La gale refait parler d'elle en Suisse.

La gale refait parler d'elle en Suisse.

image d'illustration/dr

C'est une maladie que certains croient à tort disparue en Suisse. La gale est là et bien là. La direction du centre de vie enfantine Polychinelle, qui accueille les enfants des collaborateurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), l'a constaté mardi. Dans une notice destinée aux parents, cette structure qui abrite en tout quelque 150 enfants signale qu'un cas de gale a été détecté. La direction conseille aux parents de consulter le pédiatre de leur enfant «en cas de suspicion».

«En fait, on ne nous dit rien de ce qu'il en est vraiment. C'est lacunaire, peu clair et imprécis comme communiqué», s'offusque une maman qui se dit très inquiète. «Des symptômes ont été détectés chez un membre du personnel qui encadre les enfants, précise Emmanuel Barraud, chargé de communication de l'EPFL. Les autorités sanitaires vaudoises ont été informées. Un protocole rigoureux a été mis en place. Et les enfants ne courent aucun danger.»

Contacts physiques rapprochés et fréquents

La transmission de la maladie se fait essentiellement par contacts directs cutanés étroits et prolongés mais aussi de manière indirecte, par l'intermédiaire par exemple du linge ou de la literie. Selon la revue médicale suisse, les facteurs favorables à la contagion sont «les contacts physiques rapprochés fréquents, comme les enfants, la vie en collectivité, la précarité sociale, une température basse et une forte humidité». Il existe plusieurs types de gale, qui peuvent toucher spécifiquement l'adulte, le nourrisson ou le jeune enfant.

Plus de 100 cas à Genève entre 2011 et 2012

Les spécialistes recommandent que le traitement individuel, s'accompagne d'une enquête d'entourage à la recherche de proches infestés et d'un traitement du linge potentiellement contaminé pour éviter une épidémie. Toutes les personnes qui ont été en contact avec quelqu'un qui a la gale doivent être traitées de la même manière et en même temps. La gale touche 300 millions de personnes dans le monde. Rien qu'aux Hôpitaux universitaires de Genève, 106 cas ont été diagnostiqués entre janvier 2011 et janvier 2012.

Ton opinion