Un cas de rage diagnostiqué sur un chat en Vendée
Actualisé

Un cas de rage diagnostiqué sur un chat en Vendée

Selon la préfecture du département, le chat est mort de la rage le 10 novembre mais le résultat des analyses pratiquées sur l'animal par l'institut Pasteur n'a été connu que vendredi.

«La France était indemne de rage terrestre pour les carnivores depuis 2001», a précisé samedi Francis Cloris, sous-préfet de Fontenay-le-Comte (Vendée). «Quatorze personnes sont aujourd'hui sous contrôle médical: les propriétaires de l'animal et le personnel de la clinique vétérinaire où il a été soigné», a-t-il ajouté. D'après le sous-préfet, ils ont reçu «un traitement antirabique» et «continueront à être sous surveillance».

Par ailleurs, les pharmaciens, vétérinaires, médecins et hôpitaux de Vendée ont été alertés.

Le chat concerné «n'était pas un animal errant», a expliqué la préfecture qui évoque une «hypothèse de contamination d'un chat qui sortait peu sauf sur le toit et dans les greniers de la maison, par des chauves-souris». Certains spécimens sont en effet connus pour être possiblement porteurs du virus de la rage, selon les services de l'Etat.

Des analyses complémentaires sont en cours. Leurs résultats, qui seront connus lundi soir ou mardi matin, d'après la préfecture de Vendée, permettront d'établir avec certitude que le chat a bien été mordu par une chauve-souris. (ap)

Ton opinion