Nyon: Un centre sportif pour 1 fr. tend les bras à l'UEFA
Actualisé

NyonUn centre sportif pour 1 fr. tend les bras à l'UEFA

La Ville veut céder le site de Colovray à l'UEFA. Une initiative qui en intéresse certains et en horripile d'autres.

Un franc symbolique. C'est ce que devra verser l'Union des associations européennes de football (UEFA) afin d'acquérir le droit de superficie du centre sportif de Colovray pour quarante-neuf ans. «C'est un accord novateur, nous gagnons sur toute la ligne, s'est félicité lundi Olivier Mayor. La commune n'aura plus à débourser 850 000 fr. par an pour le fonctionnement de l'infrastructure», relève le municipal responsable des Sports. Il précise que les sociétés sportives de la région pourront toujours profiter du site. «A la place, cette somme d'argent sera investie pour développer une politique du sport ambitieuse», assure-t-il encore.

«On ne peut pas donner à l'UEFA une installation qui appartient au patrimoine de la commune, sous prétexte de faire une économie ridicule, s'oppose Téfik Rashiti, élu du POP. Il y aura probablement un référendum communal contre cette décision.» Avant d'en arriver là, le Conseil communal ainsi que le Comité exécutif de l'UEFA doivent encore entériner cet accord.

Une telle idée serait-elle imaginable à Lausanne? «Si un partenariat avec le privé était possible pour sauver la Pontaise, il faudrait tenter le coup», estime le président du PDC de la capitale vaudoise, Claude Mettraux. Selon lui, «toute proposition correcte mérite d'être considérée». Il note toutefois qu'à Zurich, le Credit Suisse s'est retiré du projet de nouveau stade du Hardturm, laissant à la Ville le soin de reprendre le flambeau.

reb/mfe

Ton opinion