Actualisé 20.06.2020 à 10:01

ASTRONOMIEUn «cercle de feu» va embraser une partie du ciel

Une éclipse solaire sera visible dimanche dans certaines régions d'Afrique et d'Asie.

De nombreux astronomes se sont rassemblés en décembre 2019 pour admirer une éclipse de type «cercle de feu».

Sortez les appareils photos, mais attention aux yeux ! De l'Afrique à la Chine, en passant l'Inde, une partie de l'humanité aura le privilège d'assister furtivement dimanche, lors du solstice d'été, à une éclipse solaire de type «cercle de feu».

Le phénomène astronomique, qui ne se produit qu'une ou deux fois par an, débutera peu après le lever du Soleil à 03h45 GMT au centre de l'Afrique, et traversera successivement le nord de la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud, le nord de l'Ethiopie, le Yémen, le nord de l'Inde, la Chine, le sud de Taïwan et prendra fin dans l'Océan Pacifique, au sud de l'île de Guam, à 09h32 GMT.

Ce «cercle de feu» durera au maximum 1 minute et 22 secondes. (Photo d’illustration)

Ce «cercle de feu» durera au maximum 1 minute et 22 secondes. (Photo d’illustration)

AFP

Une éclipse annulaire ou «Cercle de feu»

La Lune va passer devant le Soleil, dans un alignement avec la Terre suffisamment parfait pour le cacher. Mais pas entièrement, comme lors d'une éclipse totale: la Lune n'étant pas assez près de la Terre, il s'agira d'une éclipse annulaire, c'est-à-dire qu'à son maximum, il restera un anneau autour du Soleil, appelé «cercle de feu».

Cet anneau ne sera visible qu'entre 04h47 GMT et 08h32 GMT et durera au maximum 1 minute et 22 secondes. Avant et après, on ne pourra observer qu'une éclipse partielle, avec un décalage mais sans formation de cercle de feu, car le centre du Soleil et de la Lune ne seront pas dans la même position.

Une éclipse partielle de lune a été observée en juillet 2019 depuis la Suisse. Environ les deux tiers du satellite de la Terre ont été plongés dans l'ombre.

Phénomène rare

Mais l'important est de «regarder la météo un ou deux jours avant et de choisir l'endroit où le ciel sera le plus dégagé», conseille la Nasa. «Le beau temps est la clé d'une observation réussie. Il vaut mieux voir une éclipse courte dans un ciel clair qu'une éclipse plus longue dans les nuages», fait valoir l'agence spatiale américaine sur son site.

«Seulement 2% de la surface de la Terre sont concernés par la phase totale de l'éclipse, et c'est ce qui rend le phénomène exceptionnel», a expliqué à l'AFP Florent Delefie, astronome de l'Observatoire de Paris – PSL.

Les plus curieux devront donc se munir de lunettes spéciales éclipse, de masques de soudeurs homologués, ou utiliser les moyens d'observation des astronomes amateurs.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Samstat

20.06.2020 à 12:01

Article 100% sensationnaliste qui verse dans le n'importe quoi. Mais c'est clair que juste informer les gens d'une éclipse annulaire comme il y en a régulièrement, c'est moins vendeur que "cercle de feu", "phénomène rare", etc... A quand le prochain article pour annoncer une "super lune bleue géante de la mort" (alors qu'en gros, c'est juste une pleine lune)?

Spaceimen

20.06.2020 à 11:01

Votre photo d’illustration est trompeuse car elle montre une éclipse totale de soleil, non pas une éclipse annulaire...

Gligli

20.06.2020 à 10:58

"Mieux vaut observer une éclipse par temps dégagé que si le spectacle est caché par des nuages" Merci la Nasa pour ces conseils d'experts !