Actualisé 28.04.2019 à 16:38

Suisse

Un certificat médical via WhatsApp pour 9 euros

Les patients alémaniques peuvent se commander en Allemagne des certificats médicaux et les recevoir via WhatsApp. La méthode laisse sceptique.

de
Christine Talos
Un exemple du certificat délivré sur Whatsapp.

Un exemple du certificat délivré sur Whatsapp.

AU-Schein.de

La plupart des employés suisses ont l'obligation de fournir à leur patron un certificat au bout du 3e, voire 4e jour de maladie. Un certificat qui doit être évidemment délivré par un médecin.

Hic: cela nécessite une consultation chez son généraliste, ce qui coûte au moins 50 à 70 francs. Une offre venue d'Allemagne pourrait changer la donne. En effet, dès cette semaine, la start-up allemande «AU-Schein.de» propose de fournir aux patients helvètes une attestation pour la modique somme de 9 euros, raconte dimanche le «Tages-Anzeiger».

Et pour l'obtenir, rien de plus facile. Il suffit de répondre en ligne à quelques questions sur ses symptômes. Puis un médecin allemand diagnostique la maladie, certifie l'attestation médicale et l'envoie via la messagerie WhatsApp. Sans qu'il y ait la moindre parole ou le moindre contact échangé entre le patient et le praticien.

La méthode, déjà disponible depuis quatre mois, est plutôt bien accueillie, selon le «Tagi». Les médecins allemands auraient déjà délivré en Allemagne plus de 5000 certificats à ce jour. Pour l'instant, le service se limite à des rhumes et refroidissements nécessitant au maximum 3 jours de congé maladie. Il devrait toutefois s'agrandir et concerner les cas de grippe intestinale, de douleurs dans le bas du dos et probablement de rhume des foins, voire de migraine.

Une vingtaine de médecins allemands

Qui se cache derrière ce site? Selon le «Tagi», c'est un médecin qui tient un cabinet à Hambourg, qui délivre les certificats. Une vingtaine d'autres praticiens peuvent être appelés en renfort, essentiellement des jeunes diplômés, des femmes médecins en congé maternité, ou encore des retraités. Juridiquement, c'est un avocat qui est à la tête de l'entreprise. S'il se dit conscient des critiques sur ce service, il affirme qu'il y n'y a eu encore aucune plainte pour de faux diagnostics. En outre, les certificats délivrés ont été tous acceptés par les employeurs et les caisses maladie, affirme-t-il.

Côté suisse, la méthode fait évidemment grincer des dents. «Un tel produit ne répond pas à nos exigences de qualité», estime Yvonne Gilli, responsable de la numérisation/eHealth au conseil central de la FMH. Elle met en avant le manque de protection des données de la méthode allemande et recommande aux médecins suisses de ne pas communiquer avec leurs patients via WhatsApp. Elle doute en outre que les employeurs suisses acceptent de tels certificats délivrés à l'étranger.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!