21.09.2020 à 07:58

Eaux-Vives (GE)Un champion donne une «leçon de vie» à des jeunes

Un club de boxe genevois a invité samedi un champion du monde WBC pour une «masterclass».

von
Léonard Boissonnas
Vidéo: A.Bosson/MediaProfil

«Franchement, j’étais très content, Nordine Oubaali est un grand champion, j’ai appris beaucoup de choses avec lui.» Jimmy, 14 ans, grand espoir de la boxe genevoise, était ravi samedi. Il a assisté à un entraînement dirigé par le Français, champion du monde poids coq WBC depuis 2019. Oubaali était l’invité de l’Olympic Boxing Club Genève (OBC Genève). Une trentaine de jeunes, d’une dizaine à une trentaine d’années, ont ainsi pu bénéficier de ses conseils. Échauffement, appuis, coups: le champion a distillé son savoir deux heures durant.

Nordine Oubaali avec les élèves: «La boxe est un jeu d’échecs.»

Nordine Oubaali avec les élèves: «La boxe est un jeu d’échecs.»

leo/20min

«Son parcours est exemplaire»

«Le parcours de Nordine Oubaali est exemplaire, déclare Uy-Liem Douçot, trésorier de l’OBC. Il a été champion sur le tard, à plus de 30 ans. C’est ce qu’on veut transmettre aux jeunes: rien n’arrive par hasard et le travail paie à un moment donné, d’une façon ou d’une autre.» Fondé fin 2017, le club aspire à devenir une véritable école de boxe, ancrée dans le quartier: «Le but est d’accentuer la formation, poursuit Uy-Liem Douçot. On espère une capacité de 150 à 200 membres de moins de 18 ans pour avoir un pôle de détection suffisant pour l’élite. On commence avec les enfants à partir de 3-4 ans. Avec eux, on travaille la motricité et la coordination pour implémenter les bons mouvements. Et après on va jusqu’à 18 ans-20 ans, les compétiteurs, et les adultes évidemment.»

«Un sport d’intelligence»

Respect, maîtrise de soi, travail: avec sa «masterclass», Nordine Oubaali, qui devrait défendre son titre en décembre à Las Vegas, a voulu montrer aux jeunes que «tout est possible, leur donner l’envie de se dépasser, de persévérer et de devenir des champions de la vie»: «J’associe la boxe à un jeu d’échecs, souligne-t-il. Souvent, on parle de brutalité, mais c’est un sport d’intelligence. Il faut réfléchir avant de mettre des coups, il faut déjà ne pas en prendre et la logique interne de ce sport est de toucher sans se faire toucher. On ne doit pas automatiquement attaquer, il y a des moments où il vaut mieux défendre pour contre-attaquer.»

Un quart de juniors

Il existe peu de chiffres concernant la boxe, indique le Service des sports de la Ville de Genève. Le canton compte douze clubs affiliés à la fédération, Swissboxing. Trois sont soutenus par la Municipalité, dont l’OBC, pour ses locaux notamment. Selon le dernier recensement de la Ville, 25% des 195 membres de l’OBC et des 260 du Boxing Club Genevois étaient des juniors.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!