Actualisé 27.10.2008 à 10:38

AfghanistanUn chef taliban tué par des tirs de missiles au Pakistan

Un important chef taliban pakistanais a été tué dimanche par des tirs de missiles américains au Pakistan.

Une nouvelle frappe, probablement américaine, a fait 16 morts dans une région du Pakistan voisine de l'Afghanistan où les tirs de missiles s'intensifient contre les talibans et leurs alliés d'Al-Qaïda. Un chef taliban pakistanais figure parmi les victimes.

Des missiles tirés par des drones se sont abattus dimanche sur un camp d'entraînement islamiste dans le district tribal du Waziristan du Sud, dernière en date d'une série de frappes qui ont tendu les relations entre Washington et Islamabad, alliés depuis 2001 dans la «guerre contre le terrorisme».

Un important chef taliban pakistanais, Haji Omar Khan, a été tué dans ce raid qui a fait 16 morts, a annoncé lundi un responsable de l'administration locale, Mawaz Khan.

Haji Omar Khan était un lieutenant de Jalaluddin Haqqani, chef taliban et vétéran du jihad contre les Soviétiques en Afghanistan. Haqqabu a lui-même été visé à plusieurs reprises par de récentes frappes américaines dans le Waziristan et semble être l'une des cibles prioritaires des Américains dans la région.

Actif en Afghanistan

Selon des habitants de la région et des responsables locaux, Haji Omar Khan était très actif dans les attaques lancées contre les forces internationales déployées en Afghanistan.

Le raid de dimanche était le 12ème en dix semaines sur les zones tribales, des régions semi-autonomes du nord-ouest du Pakistan, montagneuses et bordant la frontière très poreuse avec l'Afghanistan.

Les Etats-Unis et le gouvernement afghan affirment que ces régions servent de base arrière aux talibans chassés d'Afghanistan depuis 2001 et à des insurgés liés au réseau Al-Qaïda, qui profitent du soutien des talibans pakistanais pour lancer des attaques contre les forces étrangères sur le sol afghan.

«Mini-jirga»

Lundi, une «mini-jirga», sur le modèle des assemblées traditionnelles, s'est ouverte pour deux jours à Islamabad. Elle réunit des responsables afghans et pakistanais, ainsi que des chefs des tribus pachtounes qui peuplent les zones frontalières, pour étudier les moyens de lutter contre l'extrémisme islamiste.

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, a réitéré à cette occasion la volonté de son pays de lutter contre les «combattants étrangers», terminologie officielle désignant Al-Qaïda. Mais il a répété aussi, en réponse aux frappes américaines, que «la souveraineté du Pakistan serait défendue à n'importe quel prix».

Offensive difficile

Sommé par les Etats-Unis de lutter plus activement contre la menace terroriste, le Pakistan a lancé son armée depuis le mois d'août dans une difficile offensive contre les talibans et combattants d'Al-Qaïda retranchés dans le district tribal de Bajaur.

Ce pays a pourtant déjà payé un prix très lourd à son ralliement au camp américain, avec 1300 soldats tués dans les opérations militaires dans les zones tribales et le nord-ouest depuis 2002, et plus de 1300 morts dans des attentats attribués ou revendiqués par des islamistes depuis juillet 2007.

Les attaques américaines se sont elles intensifiées dans les zones tribales ces derniers mois, accueillies par de vaines protestations des autorités pakistanaises.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!