Bronzes chinois vendus aux enchères: Un Chinois a remporté les enchères, mais ne paiera pas
Actualisé

Bronzes chinois vendus aux enchèresUn Chinois a remporté les enchères, mais ne paiera pas

Un collectionneur d'art chinois a annoncé lundi avoir acheté les deux bronzes chinois vendus la semaine dernière à Paris lors de la vente de la collection Yves Saint-Laurent-Pierre Bergé, mais a affirmé ne pas vouloir payer.

«Je crois que n'importe quel Chinois se serait levé à ce moment précis... J'essaie de tout faire pour faire face à mes responsabilités», a déclaré l'acheteur Cai Mingchao lisant un communiqué face à la presse lundi à Pékin. «Mais je dois souligner que l'argent ne peut pas être versé», a ajouté ce directeur d'une maison d'enchères.

Le communiqué ne précise pas si M. Cai refuse de payer car il ne dispose pas de l'argent ou pour une question de principe. Selon une dépêche en anglais de l'agence Chine Nouvelle, le Fonds du patrimoine national de Chine et M. Cai ont agi ensemble pour saboter la vente.

Ajoutant à la confusion, Chine Nouvelle laisse entendre sur son service en chinois que l'argent pourrait être versé. «Nous sommes toujours dans la période de paiement, on ne sait pas encore si cette vente sera conclue ou non», a dit Niu Xianfeng, directeur adjoint du Fonds du patrimoine national de Chine.

M. Cai est connu sur le marché de l'art. En 2006, il a acheté pour près de 15 millions de dollars une statue de Boudhha de l'époque Ming, lors d'enchères à Hong Kong.

Refus de payer

Son annonce représente un coup de théâtre dans la saga des têtes de rat et de lapin pillées il y a près de 150 ans au Palais d'été de Pékin par les troupes franco-britanniques. Ces sculptures sont devenues le symbole de l'humiliation coloniale de la Chine, qui en réclamait la restitution.

Organisatrice de la vente, la maison britannique Christie's a indiqué lundi qu'elle ne faisait aucun commentaire tant «sur l'identité de (ses) acheteurs ou vendeurs» que «sur les prochaines mesures (qu'elle pourrait) prendre dans ce cas précis». Selon son site, l'acheteur dispose de sept jours pour verser l'argent.

Procédure prévue

Il est très rare qu'un acheteur se révèle défaillant et encore plus rare qu'il refuse de payer. «Dans ce cas ce n'est souvent que parce qu'il conteste l'authenticité de l'objet acheté», précise le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat.

Une procédure est prévue, quoique compliquée et quasiment inapplicable, expliquent les spécialistes. Elle peut être engagée dans un délai d'un mois. Tant que cette procédure n'a pas été menée à terme, l'acheteur reste juridiquement propriétaire de l'objet, selon l'avocat Geoffroy Gaultier. En l'occurrence, les deux bronzes étaient toujours lundi dans les mains de Christie's.

Valse des millions

Les deux sculptures ont été adjugées chacune 15,745 millions d'euros (23,3 millions de francs chacune). La vente de la collection d'art accumulés pendant cinquante ans par le couple Pierre Bergé et Yves Saint Laurent a rapporté plus de 373 millions d'euros (553 millions de francs). Il s'agit d'un record pour une collection privée. (ats)

Ton opinion