Forêt Suisse: Un cinquième doit être réservée à la nature
Actualisé

Forêt SuisseUn cinquième doit être réservée à la nature

Un cinquième de la forêt suisse doit être classée en réserves, selon Pro Natura. Cela correspond au double de ce que demande la Confédération.

La forêt, ici à Adelboden (BE) doit être mieux protégée, selon Pro Natura.

La forêt, ici à Adelboden (BE) doit être mieux protégée, selon Pro Natura.

Cette revendication, le double de ce que vise la Confédération, est formulée par Pro Natura en cette Année internationale de la forêt. La fonction première de la forêt est d'être un habitat naturel pour la faune et la flore, a rappelé jeudi l'organisation écologiste.

Les forêts couvrent près d'un tiers du territoire suisse et un quart du Plateau. Leur surface est en augmentation, surtout dans les régions de montagne. Mais la forêt suisse est très artificielle et exploitée dans sa quasi totalité, a expliqué à l'AP Nicolas Wüthrich, porte-parole de Pro Natura. Le bois est coupé à l'âge adulte; le vieux bois et le bois mort sur lesquels des espèces peuvent se développer font défaut. Par ailleurs, on passe souvent des champs à des forêts de grands arbres, sans zones de transition, très précieuses pour les oiseaux par exemple.

La pression urbaine croissante menace de réduire la surface boisée sur le Plateau. Cela se traduit par des tentatives d'assouplissement de la loi sur la forêt. Lorsqu'il y a défrichement en plaine, il doit y avoir compensation en plaine et pas dans les Grisons, selon Nicolas Wüthrich.

L'an dernier, 3,2% de la surface forestière suisse était classée en réserves. En 2001, la Confédération et les cantons ont fixé comme objectif une proportion de 10% à atteindre dans les 30 prochaines années. Pour garantir la biodiversité, c'est insuffisant de l'avis de Pro Natura, qui vise 20%.

Dédommager les propriétaires

Le statut de réserve forestière exige l'absence d'exploitation ainsi que des objectifs de maintien d'espèces locales et du bois mort. Le principal obstacle est de dédommager les propriétaires de forêts qui en tirent des revenus. En la matière, les autorités doivent afficher une volonté plus marquée, en recourant par exemple à un remaniement, explique Nicolas Wüthrich.

La forêt est un espace de délassement pour l'être humain et fournit les matières premières pour une énergie renouvelable et pour la construction. Mais sa fonction première est d'être un habitat naturel pour la faune et la flore, rappelle Pro Natura.

Engagements internationaux

Avec la création de réserves forestières sur un cinquième de sa surface boisée, la Suisse oeuvrerait aussi à concrétiser son engagement international au réseau européen Emeraude. Cela représenterait un pas décisif vers les objectifs des aires protégées, en faveur desquels la Suisse s'est également prononcée lors de la Conférence de l'ONU sur la biodiversité qui s'est tenue à Nagoya en octobre dernier. L'engagement a été pris de classer au moins 17% du territoire en aires protégées.

Dans le courant de l'année, Pro Natura réalisera des projets de réserves forestières dans le cadre de sa campagne «Biodiversité la vie, ma vie». L'organisation a déjà contribué à la création de réserves forestières, dans les Grisons notamment. (ap)

Ton opinion