Kandersteg (BE): Un cinquième du «Spitzer Stein» a dévalé la pente
Actualisé

Kandersteg (BE)Un cinquième du «Spitzer Stein» a dévalé la pente

Un morceau de roche s'est détaché de la montagne à Kandersteg. Plus de 20'000 mètres cubes de pierre ont rejoint la vallée.

par
ihr/szu
1 / 8
À Kandersteg, la pointe du Spitzer Stein s'est rompue vendredi matin à 9h40.

À Kandersteg, la pointe du Spitzer Stein s'est rompue vendredi matin à 9h40.

Webcam/Kandersteg
Le paysage ne sera plus jamais le même.

Le paysage ne sera plus jamais le même.

Webcam/Kandersteg
Urs Weibel, maire de Kandersteg, confirme l'éboulement.

Urs Weibel, maire de Kandersteg, confirme l'éboulement.

Keystone/Anthony Anex

La montagne a grondé ce vendredi, dans l'Oberland bernois. À Kandersteg (BE), la pointe du «Spitzer Stein» s'est rompue à 9h40, ne laissant pas d'autre choix aux habitants que de s'habituer à ce nouveau paysage.

«Environ 20'000 mètres cubes de roche se sont détachés du «Spitzer Stein» et ont dévalé la pente. On estime qu'un cinquième du volume total du rocher a disparu du sommet», a confié, Urs Weibel, le maire de la commune, à 20 Minuten.

Il tient à rassurer ses concitoyens: la roche s'est dirigée vers le lac d'Oeschinen et n'a pas atteint les chemins de randonnée. «Il n'y pas de danger pour la population. Heureusement, l'éboulement n'a pas eu lieu en plein été, sinon il aurait fallu prendre des mesures de sécurité urgentes à cause des vaches au pâturage ou des randonneurs.»

Situation en main de géologues

Conscient de sa fragilité, les géologues gardent un œil attentif sur la roche de la région depuis depuis août 2018. «Ce qui est tombé, c'est l'équivalent de cacahuètes à côté de ce qu'ils prévoyaient», ajoute le maire à Blick.

Selon la municipalité de Kandersteg, des enquêtes intensives ont été menées durant l'été: il est clair que cet éboulement est dû à la fonte du pergélisol dans le terrain. Vendredi en début d'après-midi, un expert a pris le chemin du pic pour évaluer la situation mais a dû se passer d'un hélicoptère. «Les vents tempétueux l'en ont empêché», termine Urs Weibel.

Ton opinion