Allemagne - Namibie: Un colis suspect découvert dans un avion
Actualisé

Allemagne - NamibieUn colis suspect découvert dans un avion

Un paquet qui pourrait contenir une bombe a été intercepté mercredi à l'aéroport de Windhoek (Namibie) lors du chargement d'un avion cargo à destination de l'Allemagne.

L'Allemagne a renforcé ses mesures de sécurité pour contrer la menace d'attentats.

L'Allemagne a renforcé ses mesures de sécurité pour contrer la menace d'attentats.

La police allemande a annoncé jeudi la découverte d'un engin qui pourrait être une bombe lors du chargement en Namibie d'un avion à destination de Munich, au moment même où l'Allemagne se mettait en alerte après des indices «concrets» de projets d'attentats.

La police namibienne a intercepté mercredi à l'aéroport international de Windhoek un bagage dans lequel se trouvaient des piles reliées par des fils à un détonateur et à une horloge, a annoncé la police criminelle allemande (BKA) dans un communiqué.

Le bagage, passé aux rayons X, devait être embarqué à bord d'un vol de la compagnie LTU/Air Berlin à destination de Munich (sud de l'Allemagne).

Résultats des analyses techniques en attente

«On ne saura qu'avec le résultat des analyses techniques en cours s'il s'agissait d'engin explosif qui aurait pu détoner», a précisé le BKA.

Les passagers de ce vol, l'ensemble de l'équipage et les bagages ont pu rejoindre leur destination dans la nuit de mercredi à jeudi après un nouveau contrôle, a précisé la police.

Des officiers du BKA stationnés en Afrique du Sud ont été envoyés en Namibie et d'autres experts devraient également arriver dans cette ancienne colonie allemande.

Un attentat probable fin novembre

Cette découverte est intervenue le jour où le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, lançait une mise en garde solennelle contre des risques accrus d'attentats, évoquant même un projet pour fin novembre.

«Selon les informations d'un partenaire étranger (...) un attentat probable doit avoir lieu fin novembre», a-t-il annoncé.

C'était la première fois que l'Allemagne évoquait un projet aussi concret, même si aucune précision n'a été fournie sur la cible exacte.

Les mesures de sécurité ont été renforcées notamment dans les gares et aéroports. A Berlin, des policiers étaient déployés sur les quais des principales gares de trains régionaux, et des barrières de sécurité étaient en cour d'installation jeudi autour du Reichstag.

Le ministre de l'Intérieur de Rhénanie-Palatinat, Karl Peter Bruch, a indiqué que ces «indices concrets» concernaient Berlin, Hambourg et Munich, les trois villes les plus peuplées du pays, et la région de la Ruhr.

Les marchés de noël visés

Selon le quotidien «Der Tagesspiegel», l'Allemagne a reçu il y a une semaine des informations des Etats-Unis évoquant l'arrivée prévue le 22 novembre de deux à quatre membres présumés d'Al-Qaïda, recrutés à la frontière pakistano-afghane, pour commettre des attentats en Allemagne et en Grande-Bretagne.

Les marchés de Noël qui débutent fin novembre auraient pu être une cible privilégiée.

Selon le quotidien, le Pakistanais Mohammed Ilyas Kashmiri, considéré comme le «cerveau» d'un attentat en février à Pune (Inde ) qui avait fait 17 morts et quelque 60 blessés, serait derrière ces projets.

Le mois dernier, M. de Maizière avait été critiqué pour avoir mis en garde contre «l'alarmisme» après des avertissements lancés par les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne sur de nouveaux projets d'attentats.

Le président du syndicat de la police, Konrad Freiberg, a estimé jeudi que le pays n'avait pas pris toutes les mesures adéquates.

«Nous avons raté des marches, et il y a des lacunes en matière de sécurité sur lesquelles nous devons attirer l'attention», a-t-il déclaré.

Plusieurs projets de grande ampleur ont échoué ces dernières années en Allemagne, dont les soldats sont engagés contre les talibans en Afghanistan.

Des centaines d'islamistes sont surveillés de près par les services du renseignement intérieur, et 65 à 70 d'entre eux auraient suivi une formation paramilitaire à l'étranger.

Trois des conjurés du 11 septembre 2001 sont partis d'Allemagne, dont Mohamed Atta, considéré comme le «cerveau» des attentats. (ats)

Ton opinion