Actualisé 24.11.2008 à 12:55

Libre circulation

Un comité UDC soutient le «Oui»

L'UDC compte désormais aussi un comité favorable à la reconduction de la libre circulation avec l'Union européenne et à son extension à la Roumanie et à la Bulgarie.

Avec 18 conseillers nationaux et six conseillers aux Etats, c'est plus d'un tiers des 65 élus UDC aux Chambres fédérales qui prennent le contre-pied de la direction du parti, qui avait finalement décidé de combattre la libre circulation. La décision du Parlement de mettre dans le même sac reconduction et extension est certes un scandale, mais c'est un fait, selon le comité «Oui à la reconduction des accords bilatéraux». Quatre Romands font partie de ce comité.

Si le peuple dit «non» le 8 février prochain, tous les accords bilatéraux I seront dénoncés en vertu de la «clause guillotine», ce qui aurait des conséquences catastrophiques. L'économie rencontrerait de gros problèmes si l'accès au marché européen n'était plus assuré. La délocalisation de parties de la production à l'étranger entraînerait la perte de places de travail en Suisse et de nombreuses PME devraient renoncer à des commandes. Selon l'entrepreneur et conseiller national thurgovien Peter Spuhler, les accords bilatéraux renforcent la place économique suisse sans abandon d'indépendance.

Aux côtés de Peter Spuhler, le comité comprend notamment le conseiller national zurichois Bruno Zuppiger et le conseiller aux Etats grison Christoffel Brändli. Côté romand, en font partie les conseillers nationaux vaudois Guy Parmelin, Pierre-François Veillon et Jean-Pierre Grin ainsi que le Bernois Jean-Pierre Graber. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!