Allemagne - Un conducteur fou en procès pour une attaque pendant un carnaval
Publié

AllemagneUn conducteur fou en procès pour une attaque pendant un carnaval

Le procès d’une homme de 30 ans, qui avait blessé une centaine de personnes en 2020, a débuté lundi. Ses motivations restent floues.

Le 24 février 2020, le conducteur fou avait foncé dans la foule lors du carnaval de Volksmarsen en Allemagne faisant une centaine de blessés.

Le 24 février 2020, le conducteur fou avait foncé dans la foule lors du carnaval de Volksmarsen en Allemagne faisant une centaine de blessés.

AFP

Le procès d’un Allemand de 30 ans accusé d’avoir blessé une centaine de personnes en fonçant dans la foule lors d’un défilé de carnaval en 2020, a débuté lundi, sans apporter d’éclaircissement sur ses motivations. Le suspect, désigné par le tribunal de Cassel comme Maurice P., a agi «de manière planifiée dans l’intention» de tuer le plus de personnes possible, selon le parquet.

L’accusé ne s’est pas exprimé depuis son arrestation après les faits, survenus le 24 février 2020 à Volksmarsen, une commune de la région de Hesse, dans l’ouest du pays. Lundi, il a de nouveau fait usage de son droit à garder le silence. Il est accusé de 91 tentatives de meurtre, de blessures graves dans 90 cas et d’infractions dangereuses au code de la route. En ajoutant les personnes traumatisées qui souffrent depuis de troubles psychiques, le nombre des victimes s’élève à plus de 150.

Ni ivre, ni drogué

Selon les procureurs, l’homme aurait délibérément accéléré sur une quarantaine de mètres à tel point que les pneus de son véhicule «ont crissé». Plusieurs personnes, dont des enfants qui se pressaient pour ramasser les bonbons lancés à leur attention lors du défilé, ont alors été projetées dans les airs. Un avocat de la partie civile a qualifié de «miracle» le fait que personne n’ait été tué. Le conducteur a fini par être maîtrisé par des passants quand sa voiture a calé, avant d’être arrêté par la police.

Selon l’acte d’accusation, Maurice P. avait, la veille des faits, garé sa voiture à un endroit lui permettant d’accéder aux lieux sans être bloqué par des barrages routiers. Il aurait aussi monté une caméra embarquée afin de filmer son acte. Le suspect n’était pas sous l’emprise de drogue, médicaments ou de l’alcool. Son procès doit durer jusqu’à décembre.

(AFP)

Ton opinion