Crash en Iran: Un contretemps a mené de jeunes mariés à la mort
Actualisé

Crash en IranUn contretemps a mené de jeunes mariés à la mort

Au lieu de rentrer au Royaume-Uni avec sa famille et ses amis, un couple a prolongé son séjour à Téhéran pour attendre ses photos de mariage. Il a péri dans le crash de mercredi.

par
joc

Parmi les 176 personnes qui ont perdu la vie mercredi dans le crash du Boeing 737 d'Ukraine International Airlines se trouvaient 82 Iraniens, 63 Canadiens, dix Suédois, quatre Afghans et trois Britanniques. Onze autres étaient Ukrainiens, dont les neuf membres d'équipage. Treize victimes étaient des étudiants de l'université Sharif de Téhéran, une des plus prestigieuses d'Iran.

Deux jeunes mariés ont vu leur vie brutalement interrompue par un coup du sort. Après s'être unis le mois dernier à Londres, Saeed Tahmasebi et Niloofar Ebrahim s'étaient envolés pour l'Iran en compagnie d'amis et de membres de leurs familles pour célébrer une seconde fois leur mariage. Quand tout ce petit monde est rentré au Royaume-Uni, le couple a décidé de rester quelques jours à Téhéran pour attendre ses photos de mariage. C'est ce changement de programme qui lui a coûté la vie.

Le beau-frère de Saeed, un ingénieur en bâtiment de 35 ans, se souvient avoir parlé avec les jeunes mariés peu avant le drame. «Nous étions tous rentrés plus tôt et étions inquiets à cause de ce qui se passe dans la région. Quand nous les avons eus au téléphone dix minutes avant qu'ils embarquent, tout semblait bien aller. Ensuite nous avons appris que l'avion s'était écrasé. C'est terrible, absolument terrible», confie Amir au «Telegraph».

Des familles entières ont été anéanties dans le crash. Les Suédois Raheleh et Mikael Lindberg, 37 et 40 ans, ont perdu la vie avec leurs deux fils Eric (9 ans) et Emil (7 ans). Deux quadragénaires originaires d'Edmonton (Canada) ont péri avec leurs deux filles, Daria (14 ans) et Darina (10 ans). Au moins 25 des passagers étaient des mineurs. Selon les premiers éléments de l'enquête iranienne, le Boeing 737 a fait demi-tour après un «problème». L'avion a disparu des écrans radars après deux minutes de vol alors qu'il avait atteint une altitude de 8000 pieds (environ 2400 mètres).

(joc/afp)

Kiev étudie sept thèses, dont celle d'un missile

Les experts dépêchés par l'Ukraine pour faire la lumière sur le crash meurtrier du Boeing 737 à Téhéran n'écartent pour l'heure aucune piste. A lire ici.

Ton opinion