Actualisé 20.05.2016 à 07:11

Trafic de permis de séjour

Un coup de feu entre les jambes a lancé l'enquête

L'enquête sur un fonctionnaire accusé d'avoir revendu des permis a débuté grâce à des écoutes téléphoniques dans une autre affaire criminelle.

de
dra
Les locaux de l'Office cantonal de la population de Genève, à la route de Chancy. (photo: Google)

Les locaux de l'Office cantonal de la population de Genève, à la route de Chancy. (photo: Google)

photo: Kein Anbieter/Google

Un homme atteint par balle au bas-ventre serait, sans le vouloir, à l'origine de l'interpellation le mois dernier d'un collaborateur de l'Office de la population et des migrations (OCPM) et de trois complices présumés.

En octobre dernier, le cas d'un individu blessé aux testicules par un coup de feu dans un contexte encore mystérieux a intrigué la police. Celle-ci l'a mis sur écoute téléphonique. Dans une de ses conversations, l'homme a déclaré connaître quelqu'un à l'OCPM qui pouvait favoriser l'accès à des permis de séjour. Ce serait le point de départ de l'enquête qui a mené à l'arrestation de quatre personnes, dont un fonctionnaire de longue date de l'Office, a appris la «Tribune de Genève».

L'employé de l'OCPM, prévenu de corruption passive et gestion déloyale des intérêts publics, est en détention provisoire. Chez lui, les enquêteurs ont retrouvé 150'000 francs: des économies, selon l'accusé, qui reste présumé innocent. Trois hommes, extérieurs à l'administration, sont également poursuivis pour corruption active. Ils auraient versé de l'argent à l'employé pour notamment accélérer le traitement de certaines procédures.

Une audience de confrontation entre les protagonistes de l'affaire est prévue à la fin du mois de juin.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!