Actualisé

LibanUn couple suisse bloqué après une tentative de rapt

Deux Saint-Gallois affirment avoir été victimes d'une tentative d'enlèvement. Des hommes auraient tiré au moins 20 coups de feu contre eux. L'ambassade suisse au Liban est avertie.

par
atk
La maison où séjourne actuellement le couple suisse.

La maison où séjourne actuellement le couple suisse.

Un couple de Saint-Gallois est bloqué depuis plusieurs jours dans une maison de la périphérie de Beyrouth. Jeudi dernier, deux hommes ont tiré au moins 20 projectiles contre eux. On peut encore apercevoir des douilles près de l'entrée du logement. «Heureusement, nous avons pu nous réfugier derrière notre voiture», a expliqué Marvin D* à «20 Minuten».

Comptable de profession, l'homme de 23 ans est également premier-lieutenant dans l'armée suisse. Il s'est rendu au Liban il y a un mois avec sa femme âgée de 20 ans. Le père de cette dernière est rentré au pays il y a deux ans. Les deux Saint-Gallois voulaient l'aider à rénover sa maison.

La semaine passée, les Suisses ont reçu la visite inattendue de deux oncles de la jeune femme, d'origine libanaise. «Ils nous ont dit qu'ils nous auraient enlevés pour obtenir de l'argent de la Confédération», explique encore Marvin D*. Des coups de feu ont suivi cette discussion et le couple a pu se mettre à l'abri. Ils n'ont plus aucune nouvelle du père depuis ce jour-là. «Nous ne savons pas où il est, s'il est vivant ou mort et nous nous faisons du souci.»

«La police nous a traités comme des criminels»

Le couple s'est ensuite rendu au poste de police. «Là, ils nous ont traités comme des criminels. Un des oncles avait déjà porté plainte en affirmant que nous étions les auteurs des coups de feu», a raconté le Saint-Gallois. Les autorités libanaises ont ensuite marqué le passeport, leur interdisant toute sortie du pays.

Paniqué, l'homme a tout de suite averti le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). «Nous voulions revenir tout de suite en Suisse, mais personne n'a pu nous aider. On nous a répondu que le DFAE n'était pas responsable», affirme Marvin D*. Porte-parole du département, Carole Wälti n'a pas pu entrer dans les détails de l'affaire, celle-ci relevant de la sphère privée. Elle a néanmoins confirmé la demande d'aide du couple saint-gallois. «Nous vérifions actuellement leur cas. L'ambassade suisse au Liban a été informée», a-t-elle fait savoir à nos confrères alémaniques.

* Nom connu de la rédaction.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!