Homophobie: Un cours d'autodéfense pour les gays
Actualisé

HomophobieUn cours d'autodéfense pour les gays

L'association Pink Cross organise un stage, à Lausanne, pour apprendre à faire face aux violences homophobes.

par
Raphaël Pomey
Les homos pourront frapper un instructeur en costume.

Les homos pourront frapper un instructeur en costume.

Prévue en février, la leçon sera donnée par l'école TatouT, qui tient régulièrement des cours pour écoliers, réceptionnistes ou encore conducteurs de bus. «Ce sera la première fois que nous travaillerons avec un groupe composé d'hommes gays», note Sylvia Andersen, instructrice. Selon elle, la particularité de la journée tiendra au vécu des participants, fort exposés aux violences. Le programme sera consacré aux recettes pour éviter la bagarre, entre autre les attitudes corporelles à adopter, et aux coup permettant de se sortir d'une mauvaise passe. Visant les parties faibles de l'agresseurs, telles que le sexe ou le visage, ceux-ci pourront être effectués à pleine puissance grâce à l'armure portée par un instructeur.

Violence peu quantifiable

«Nous mettons ce stage en place suite à la participation d'un membre à un de ces cours, raconte Jean-Paul Guisan, secrétaire de l'organisation suisse des gays Pink Cross. Il avait été victime d'une agression physique homophobe.» Il pense que la violence dont sont victimes les gays est peu quantifiable. «Elle est souvent le fait de personnes peu en phase avec le respect des minorités propre à nos valeurs occidentales.» Des stages pour lesbiennes devraient suivre.

Et si les homos soutenaient l'UDC?

«J'espère qu'ils n'utiliseront pas ma marionnette comme sac de frappe», rigole l'UDC Grégory Logean, ennemi déclaré des associations gays. Pour lui, les homos ne sont pas plus touchés que d'autres communautés par la violence. Il juge que pour être cohérents, ceux-ci devraient soutenir le programme sécuritaire de son parti.

Ton opinion