Actualisé 19.03.2013 à 15:58

EgypteUn cousin de Kadhafi arrêté au Caire

Ahmed Qaddaf al-Dam, cousin de Mouammar Kadhafi, s'est rendu aux autorités égyptiennes, mardi.

Un cousin de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, recherché pour son rôle durant le règne de l'ancien homme fort de Tripoli, a été arrêté mardi au Caire, ont annoncé la police égyptienne et des médias gouvernementaux. Ahmed Qaddaf al-Dam s'est rendu aux policiers qui avaient assiégé son domicile, a indiqué à l'AFP un responsable des services de sécurité. Selon l'agence officielle Mena il sera remis aux autorités libyennes qui veulent le juger.

L'homme, joint sur son téléphone portable a toutefois cherché à minimiser cette arrestation, et assuré «qu'il était en route, avec des avocats» pour déposer une plainte contre les autorités libyennes auprès du procureur général égyptien.

Rendu sans résistance

La police déployée à l'extérieur de son appartement, dans le quartier aisé de Zamalek, a indiqué qu'il s'était rendu sans résistance, après que les policiers eurent envoyé le consul de Libye lui parler.

«Cela fait partie d'un plan des autorités libyennes en coordination avec les Egyptiens pour arrêter les Libyens recherchés en Egypte», a déclaré ce diplomate, Abdel Hamid al-Safi.

Titulaire d'un statut de résident en Egypte et en charge de superviser les liens le Caire/Tripoli, Ahmed Qaddaf al-Dam avait cependant annoncé qu'il démissionnait de toutes ses fonctions après le début en février 2011 de la révolte contre Mouammar Kadhafi, renversé et tué après sa capture par les rebelles en octobre 2011.

Quelques blessés

Ahmad Qaddaf al-Dam a déclaré ensuite sur la chaîne de télévision France 24 que des «hommes armés» avaient lancé un assaut contre sa maison dans la nuit, et que les affrontements avaient duré près de trois heures.

«Nous avons quelques blessés et je pense qu'il y a eu aussi des blessés de l'autre côté», a-t-il dit, en dénonçant la «méthode brutale» utilisée par les forces égyptiennes.

L'un de ses assistants a confirmé cet assaut. «Les gardes du corps ont ouvert le feu et il y a eu des échanges de tirs», a-t-il dit sous couvert de l'anonymat. Des habitants du quartier ont eux aussi fait état de coups de feu.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!