Caprices Festival : Un cru baigné par le soleil et le bon son

Actualisé

Caprices Festival Un cru baigné par le soleil et le bon son

Le Caprices Festival s'est terminé dimanche 9 avril 2017 après quatre jours. Voici les artistes qui ont marqué les oreilles.

par
F. Eckert/J. Delafontaine
1 / 5
Caprices Festival - Dimanche 9 avril 2017:Tini (Modernity)

Caprices Festival - Dimanche 9 avril 2017:Tini (Modernity)

F. Melillo
Caprices Festival - Samedi 8 avril 2017:Mathew Jonson (Cry d'Er)

Caprices Festival - Samedi 8 avril 2017:Mathew Jonson (Cry d'Er)

F. Melillo
Caprices Festival - Samedi 8 avril 2017:Craig Richards & Ricardo Villalobos & Seth Troxler (de g, à dr.) (Modernity)

Caprices Festival - Samedi 8 avril 2017:Craig Richards & Ricardo Villalobos & Seth Troxler (de g, à dr.) (Modernity)

F. Melillo

Ils étaient une trentaine à se produire sur les différentes scènes de l'événement. De jour à la Modernity et au Off dans le centre de Crans, de nuit au Moon et à Cry d'Er. Certains ont été meilleurs que d'autres.  

Kerri Chandler La légende de la house a repris le flambeau après la perf brouillonne d'Apollonia. L'Américain s'en est sorti avec brio. Il a montré l'étendue de son talent avec un set mixé au poil et des sons nineties, mais jamais kitsch.

Alice Roosevelt Au Off, le rock a été à l'honneur avec le groupe nyonnais. Porté par un chanteur en grande forme, le quintet a réussi à mettre une sacrée ambiance dans un public pourtant plus présent pour boire des coups que pour voir un live. Chapeau!

Craig Richards, Ricardo Villalobos et Seth Troxler Quand trois des meilleurs DJ du monde mixent ensemble, le résultat est phénoménal. Leur set était joyeux et bourré d'énergie positive. Avec eux, l'electro a atteint des sommets.

Mathew Jonson Les murs en béton de Cry d'Er ont inspiré l'habituellement très mélodique Canadien. Il a en effet improvisé avec ses synthés et machines un live electro assez froid et dur. Pas déplaisant!

tINI L'Allemande, dont c'était l'anniversaire, a surpris et surtout séduit les clubbers avec son style étonnant qui a mélangé la techno à la house. Les connaisseurs ont aussi apprécié son set essentiellement joué aux vinyles.

Pour la 2e fois consécutive dans le noir

Les organisateurs sont heureux au moment du bilan. La fréquentation a été excellente, 29'000 personnes, et les comptes du Caprices seront dans les chiffres noirs pour la 2e année consécutive. «On a appris de nos erreurs. Autre satisfaction, 80% de notre public vient de l'extérieur du Valais. Un objectif du festival depuis le départ», se félicite Maxime Léonard, directeur. En revanche, il concède que sa nouvelle scène, Cry d'Er, devra subir des améliorations, surtout au niveau acoustique.

Ton opinion