Glaris/ élections: Un député UDC soupçonné de fraude
Actualisé

Glaris/ électionsUn député UDC soupçonné de fraude

Un député UDC au parlement de Glaris est soupçonné d'avoir manipulé des bulletins pour assurer son élection.

Un député UDC au parlement glaronais est soupçonné d'avoir manipulé des bulletins pour assurer sa réélection lors du renouvellement du parlement en mai dernier. Il a refusé de se soumettre à un examen graphologique. L'affaire risque de coûter un siège à son parti.

Les soupçons se sont portés sur le restaurateur et marchand de cuir Siegfried Noser dès le premier dépouillement du scrutin. Soixante-huit bulletins ne comportaient que son nom, cumulé de surcroit, alors que les autres lignes de la liste - restées vierges - avaient été biffées. Les scrutateurs ont en outre constaté des similarités troublantes dans l'écriture.

Le gouvernement glaronais a alors déposé plainte contre inconnu. Le juge d'instruction chargé du dossier a aussitôt exigé que Siegfried Noser se soumette à un examen de son écriture sur la base d'un formulaire à remplir.

Le député s'y est refusé. «Il s'est contenté d'apposer sa signature sur un bout de papier», a indiqué jeudi à l'ATS le juge d'instruction Christoph Hohl, confirmant une information de la «Südostschweiz».

«Il faut bien-sûr respecter la présomption d'innocence», rappelle à l'ATS le conseiller aux Etats glaronais Thys Jenni (UDC). Avant de concéder: «Toute personne dotée de bon sens interprètera ce refus comme un aveu de culpabilité.»

Pressions et corruption

Le suspect est en outre accusé par un groupe de 11 électeurs issus de tous les partis d'avoir exercé des pressions et corrompu des votants. Ils ont déposé un recours contre le résultat du scrutin.

Siegfried Noser a d'emblée rejeté toutes les accusations dont il fait l'objet. Contacté par l'ATS, il a refusé de s'exprimer à nouveau.

L'UDC glaronaise se prononcera sur le cas du député à la fin de l'enquête, a indiqué son président Peter Rothlin. En cas de confirmation des soupçons, le parti perdrait ce siège. La formation resterait toutefois la plus représentée au Grand Conseil avec 16 sièges sur 60.

(ats)

Ton opinion