Russie: «Un dessin montrant des gens souriants» n’a jamais blessé personne
Actualisé

Russie«Un dessin montrant des gens souriants» n’a jamais blessé personne

Une militante LGBT a été condamnée vendredi pour «propagande homosexuelle». Elle avait publié des dessins militants sur les réseaux sociaux. Elle va faire appel.

Ioulia Tsvetkova, 27 ans.

Ioulia Tsvetkova, 27 ans.

dr

La justice russe a condamné vendredi à une amende une militante pour des dessins soutenant la cause LGBT, des oeuvres considérées comme enfreignant une loi controversée qui punit la «propagande homosexuelle».

Ioulia Tsvetkova, 27 ans, a indiqué à l'AFP avoir été condamnée à une amende de 75’000 roubles (990 francs) par un tribunal de Komsomolsk-sur-Amour, en Extrême-Orient. Elle a précisé qu'elle fera appel de cette décision.

La justice reproche à Mme Tsvetkova la publication sur les réseaux sociaux de dessins violant la loi contre «la propagande de relations sexuelles non-traditionnelles auprès des mineurs», adoptée en 2013 et souvent utilisée pour poursuivre les militants LGBT.

Selon des documents transmis à l'AFP, l'une des publications est une illustration montrant deux «matriochkas» russes amoureuses, se tenant la main en dessous d'un arc-en-ciel. Une autre représente la célèbre cathédrale Saint-Basile de Moscou surmontée du mot «LGBT».

Un dessin montre également deux familles homosexuelles souriantes avec des enfants, avec le message: «La famille, c'est là où est l'amour».

Pour les plus de 18 ans

«Je n'ai jamais vu personne être blessé par un dessin montrant des gens souriants», a lancé Ioulia Tsvetkova lors de l'audience, selon un discours publié sur son compte Facebook, soutenant que ces dessins étaient publiés dans un groupe réservé aux plus de 18 ans.

Depuis novembre 2019, la jeune femme est également poursuivie pour «diffusion de pornographie» pour des dessins et des sculptures représentant des vagins. Dans le cadre de cette affaire, elle a été assignée à résidence jusqu'à mars 2020. «Je suis dans un état d'esprit normal, combatif», a-t-elle indiqué vendredi à l'AFP.

En décembre, la militante LGBT avait déjà été condamnée à 50’000 roubles d'amende (665 francs) pour «propagande homosexuelle» pour d'autres publications sur le réseau social russe Vkontakte.

En juillet, une autre enquête pour le même motif a été ouverte contre elle après la publication d'un message contre la révision constitutionnelle voulue par Vladimir Poutine.

L'un des amendements, approuvés lors d'un vote national début juillet, définit le mariage comme «l'union d'un homme et d'une femme» uniquement.

(AFP)

Ton opinion