France: Un détenu en semi-liberté abattu devant sa prison
Actualisé

FranceUn détenu en semi-liberté abattu devant sa prison

Un multirécidiviste a été exécuté lundi matin devant un centre pénitentiaire proche de Marseille, où les règlements de compte ont été fréquents au cours des derniers mois.

Le trentenaire aurait été tué avec un fusil de chasse.

Le trentenaire aurait été tué avec un fusil de chasse.

Agée de 35 ans, la victime, qui allait travailler dans une entreprise de travaux, venait de démarrer son véhicule en face de l'établissement pénitentiaire lorsqu'une autre voiture est arrivée. Un homme en est alors sorti et l'a abattu, a priori avec un fusil de chasse, a indiqué à l'AFP une source policière.

Le détenu, «qui avait un passé judiciaire assez chargé», purgeait, depuis juillet et sous le régime de la semi-liberté, une peine de 8 mois de prison pour violences sur un agent de la force publique, à la suite d'un contrôle routier qui s'était «mal passé», a-t-on ajouté de source judiciaire.

L'homme était notamment connu des services de police pour des faits de violence et de port d'arme, selon une source policière. Dans le cadre de son régime de semi-liberté, il exerçait un emploi dans une société de travaux, a-t-on précisé de source judiciaire.

Condamné à plusieurs reprises

Cet homicide aux allures de règlement de compte intervient dix jours après le meurtre par balles d'un homme d'une trentaine d'années tué dans une voiture devant une résidence dans une commune près de Marseille. La victime de cet homicide avait été condamnée à plusieurs reprises pour des délits de vols, violence et cambriolage.

«C'est peut-être un règlement de comptes, mais d'une autre nature que ceux auxquels on assiste à Marseille», avait-on alors précisé de source proche du dossier. Si l'hypothèse du règlement de comptes devait être confirmée dans les deux cas, l'homicide de lundi constituerait le 17ème à Marseille et sa région proche depuis le début de l'année.

Le précédent règlement de compte avéré avait eu lieu le 1er août, lorsqu'un homme connu pour trafic de stupéfiants avait été abattu dans son véhicule au pistolet-mitrailleur. (afp)

Ton opinion