Actualisé 19.01.2012 à 12:39

AsileUn deuxième abri PC pour les requérants ouvert

Après l'abri de Châtelaine, l'Hospice général a dû ouvrir un deuxième local pour répondre au nombre croissant de demandeurs d'asile. Il est situé au centre de Carouge.

Un deuxième abri de protection civile a été ouvert jeudi dans le canton de Genève à Carouge pour faire face à la hausse du nombre de demandeurs d'asile. L'Hospice général a été contraint de se rabattre sur cette solution car ses capacités d'accueil sont saturées.

Capacité de 40 places

L'abri d'une capacité de quarante places est situé sous la salle communale en plein coeur de Carouge. Comme celui de Châtelaine ouvert en mai dernier, l'abri de Carouge accueillera uniquement des hommes célibataires qui doivent quitter le territoire suisse, indique l'Hospice général dans un communiqué. Une dizaine de requérants sont déjà arrivés.

Des agents de sécurité dans les locaux

Une séance d'information a rassemblé mercredi soir une quarantaine de riverains en présence des autorités carougeoises. Certains ont exprimé leurs craintes, mais «ils ont été rassurés par le sérieux de la gestion de l'Hospice général», a indiqué à l'ats Balthasar Staehelin, directeur de l'aide aux requérants d'asile.

Deux agents de sécurité seront en permanence dans les locaux et deux intendants assureront le bon fonctionnement de le vie en collectivité. Balthasar Staehelin souligne que cette solution qui n'est humainement pas satisfaisante doit absolument rester transitoire.

Arrivées en hausse

Les frais pour assurer la sécurité de ce type de structure s'élèvent à un million de francs pas année, relève encore le directeur de l'aide aux requérants d'asile. Des coûts beaucoup plus élevés que ceux générés par un centre pérenne.

Création de 250 places supplémentaires

Avant de recourir à l'ouverture de ce deuxième abri PC, l'Hospice général a pris toutes les mesures pour optimiser les capacités de logement, avec notamment la création de 250 places supplémentaires dans les foyers. Mais ce n'était pas suffisant.

Comme les autres cantons, Genève a dû faire face à une forte progression du nombre de demandes d'asile en 2011. Selon les quotas attribués par la Confédération, Genève doit assumer l'accueil de 5,6% des demandeurs d'asile. Le nombre de requérants arrivés au bout du lac en provenance des Centres d'enregistrement et de procédure a passé de 52 en janvier 2011 à 148 en décembre 2011.

Crise du logement

En plus de cette hausse, l'Hospice général est aussi confronté à une érosion de son parc de logements. Deux foyers, celui de Rigot et de Frank-Thomas, doivent fermer pour faire place respectivement à la Maison de la Paix et à l'aménagement du CEVA. Et la crise du logement empêche souvent les requérants qui changent de statut de trouver un appartement en dehors des structures de l'Hospice général.

Il faut absolument créer 300 places rapidement, relève Balthasar Staehelin. Des projets sont en cours, comme celui de l'agrandissement d'un foyer à Meyrin, mais il est excessivement difficile de trouver des parcelles où construire de nouveaux centres, déplore le directeur de l'aide aux requérants d'asile.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!