Coronavirus en France: Un dîner à l'Elysée au cœur d'une polémique
Publié

Coronavirus en FranceUn dîner à l'Elysée au cœur d'une polémique

Emmanuel Macron a été testé positif au Covid-19 jeudi. La veille, un dîner avait été organisé avec une douzaine de membres de la majorité, faisant scandale sur les réseaux sociaux.

Avant d'être testé positif au coronavirus jeudi, Emmanuel Macron a dîné la veille avec une douzaine de convives, mêlant responsables de la majorité et conseillers, loin de la jauge recommandée aux Français mais, selon les participants, dans le respect strict du protocole sanitaire.

Cette «réunion de travail sous forme de dîner», dixit une source au sein de l'exécutif, qui ne figurait dans aucun agenda officiel, rassemblait autour du chef de l'État le Premier ministre Jean Castex, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, les responsables LREM Stanislas Guerini et Christophe Castaner, ceux du MoDem François Bayrou et Patrick Mignola, le secrétaire général de l'Élysée Alexis Kohler, le député Thierry Solère, l'eurodéputé Stéphane Séjourné, et le conseiller politique Maxance Barré.

Une table de «15 mètres de long»

Soit douze personnes au total, deux fois plus que la consigne du «six adultes à table» édictée par le gouvernement à l'approche des fêtes de fin d'année afin de limiter la circulation du virus. Selon les participants, la configuration du repas a toutefois permis de limiter les risques de contamination. François Bayrou a ainsi décrit auprès d'un correspondant de l’AFP une table de «15 mètres de long», quand une source de l'exécutif évoque une table d'une dizaine de mètres, et des distances entre chaque convive «entre 1,6 m et 2 m».

«Les dîners ou les déjeuners se tiennent dans la salle des fêtes dont la capacité d’accueil est de 700 places et qui nous permet cet aménagement», a fait valoir Christophe Castaner, en soulignant que chaque invité s'est exprimé dans un micro. Les mêmes sources assurent que la pièce a été aérée et soulignent que chacun disposait d'un plateau repas individuel durant le dîner, débuté peu avant le couvre-feu de 20h et qui s'est étalé sur plusieurs heures, jusque minuit et demi, selon «France Info».

«Un moment de négligence, un moment de «pas de chance»

Emmanuel Macron, testé positif au Covid-19 jeudi, a annoncé lui-même vendredi sur les réseaux sociaux qu’il allait bien et assuré qu’il continuait «à gérer les affaires courantes» du pays mais avec «une activité un peu ralentie». Dans cette vidéo de trois minutes filmée avec son smartphone, il déclare, les traits un peu tirés, avoir les même symptômes que la veille, «fatigue, maux de tête, toux sèche». A lire ici.
(Video: @EmmanuelMacron)

Pour des raisons d’intérêt général

Avec un couvre-feu imposé depuis mardi et des rassemblements limités, cette réunion informelle passe mal: «Faites ce que je dis, pas ce que je fais», a résumé un élu RN sur France Info. Un membre du parti LREM craint même l'aggravation de la défiance envers le gouvernement étant donné le non-respect du nombre maximum de convives par le chef de l'État lui-même. Un autre l'admet au Point: «Ce n'est pas génial, mais c'est bien la preuve que personne n'est à l'abri de choper cette merde!». «Si la fameuse jauge des six personnes n’était pas respectée, c’est pour des raisons d’intérêt général», a tenté de justifié l'Élysée.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a de son côté assuré sur BFM qu'Emmanuel Macron avait «une vigilance absolue des gestes barrières». «Je comprends que les gens demandent des réponses, mais quand on est membre du gouvernement, en temps de crise, on assiste à un nombre de réunions très important. Donc, il arrive que vous deviez tenir des réunions à l’heure du déjeuner ou du dîner et que vous vous restauriez. Mais c’est loin d’être un dîner convivial, il y a 2 mètres de distance, on remet les masques avant et après chaque plat et on parle avec un micro», a-t-il expliqué.

(mm/20min/afp)

Ton opinion

375 commentaires