Colombie: Un dirigeant important de l'ELN a été tué
Actualisé

ColombieUn dirigeant important de l'ELN a été tué

Cette guérilla mène actuellement des pourparlers de paix avec le gouvernement colombien.

L'ELN et le gouvernement de Bogota mènent depuis février des négociations de paix en Equateur en vue de mettre fin à un conflit de plus d'un demi-siècle et de parvenir à établir complètement la paix sur le territoire national. (photo d'archives)

L'ELN et le gouvernement de Bogota mènent depuis février des négociations de paix en Equateur en vue de mettre fin à un conflit de plus d'un demi-siècle et de parvenir à établir complètement la paix sur le territoire national. (photo d'archives)

AFP

Un important responsable de l'ELN a été tué dans une opération des forces de sécurité, a annoncé jeudi le président colombien Juan Manuel Santos. La dernière guérilla active en Colombie mène actuellement des pourparlers de paix avec le gouvernement colombien.

Alvaro Gelves Ortega dirigeait l'un des fronts de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste). L'opération, au cours de laquelle il a été tué, a eu lieu dans le sud du département de Bolivar, situé dans le nord de la Colombie.

Le garde du corps personnel du responsable de l'ELN a lui aussi été tué lors du raid, a indiqué également sur Twitter le chef de la police nationale colombienne. Les autorités n'ont pas fourni de précisions sur les circonstances de l'opération.

En pleines négociations de paix

L'ELN et le gouvernement de Bogota mènent depuis février des négociations de paix en Equateur en vue de mettre fin à un conflit de plus d'un demi-siècle et de parvenir à établir complètement la paix sur le territoire national, après la signature en novembre dernier d'un accord avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), la première guérilla colombienne.

Contrairement à ce qui s'était passé avec les FARC, le dialogue avec l'ELN se déroule sans qu'un cessez-le-feu n'ait été décrété. La guerre, qui déchire la Colombie, a impliqué au fil des décennies une trentaine de guérillas, des paramilitaires d'extrême droite et les forces armées. Elle a fait au moins 260'000 morts, plus de 60'000 disparus et 6,9 millions de déplacés. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion