Actualisé 05.07.2020 à 21:54

Autriche

Un dissident tchétchène tué vers Vienne

Deux Russes ont été arrêtés suite à la découverte vers Vienne du corps d’un Tchétchène de 43 ans qui avait demandé l’asile politique.

La police et la justice ont précisé que l’enquête se poursuivait et qu’il était trop tôt pour se prononcer sur le motif de ce meurtre. (Photo HERBERT P. OCZERET / APA / AFP)

La police et la justice ont précisé que l’enquête se poursuivait et qu’il était trop tôt pour se prononcer sur le motif de ce meurtre. (Photo HERBERT P. OCZERET / APA / AFP)

AFP

La police autrichienne a arrêté deux Russes originaires de Tchétchénie après la découverte du corps d’un dissident tchétchène, qui présentait des impacts de balles, a-t-on appris dimanche de source officielle.

Cet homme de 43 ans, voix critique à l’égard du régime tchétchène et qui avait demandé l’asile politique, a été trouvé mort samedi près de Vienne.

La police a arrêté un Russe tchétchène de 47 ans dans la ville de Linz, à quelque 200 km de Vienne, peu après la découverte macabre. Un second Russe, âgé de 37 ans, lui aussi originaire de Tchétchénie mais résidant en Autriche, a été arrêté dimanche.

La police et la justice ont précisé que l’enquête se poursuivait et qu’il était trop tôt pour se prononcer sur le motif de ce meurtre.

Le dissident — identifié par des médias russes comme Mamikhan Oumarov mais utilisant désormais le nom de Martin Beck — avait témoigné en 2017 dans une affaire de meurtre en Ukraine, a fait savoir à l’AFP le ministère ukrainien de l’Intérieur.

Dans cette affaire, un homme accusé par la Russie de complot pour assassiner le président russe Vladimir Poutine avait été blessé dans une attaque à l’arme à feu près de Kiev. Sa femme avait été tuée.

Oumarov tenait un blog vidéo très critique à l’égard du président tchétchène Ramzan Kadyrov. Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta l’a décrit comme un «ennemi personnel» du président tchétchène, dont le blog en langue tchétchène était populaire en raison de son franc-parler.

Selon la même source il avait donné des informations aux services secrets ukrainiens sur les meurtres commandités d’opposants à Ramzan Kadyrov.

Sa mort survient dans un contexte d’inquiétude croissante pour la sécurité des dissidents tchétchènes en exil.

En février, Toumso Abdourakhmanov, un blogueur tchétchène critique de Ramzan Kadyrov, leader autoritaire pro-Kremlin de cette petite république russe du Caucase, a été attaqué en Suède.

Un mois plus tôt, Imran Aliev, un blogueur de 44 ans, avait été retrouvé mort poignardé dans une chambre d’hôtel à Lille (nord de la France).

En Autriche, le dissident tchétchène Oumar Israilov a été abattu dans une rue de Vienne en 2009.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!