Suisse: Un dossier sur Crypto perdu par «inadvertance»
Actualisé

SuisseUn dossier sur Crypto perdu par «inadvertance»

Des documents égarés «par inadvertance» concernant l'enquête menée dans les années 1990 sur l'entreprise Crypto AG ont été récupérés par les Archives fédérales.

Le vice-directeur du Service de renseignement de la Confédération Jürg Bühler avait dirigé l'enquête sur Crypto AG à l'époque alors qu'il était directeur de la police fédérale.

Le vice-directeur du Service de renseignement de la Confédération Jürg Bühler avait dirigé l'enquête sur Crypto AG à l'époque alors qu'il était directeur de la police fédérale.

Keystone

Les Archives fédérales ont retrouvé un dossier perdu contenant les documents sur l'enquête menée dans les années 1990 par la police fédérale sur l'entreprise Crypto AG. Ce dossier est encore soumis à un délai de protection.

Des journalistes de la radio-télévision alémanique SRF ont voulu étudier ces documents en 2014, a indiqué le média public mardi. Mais la police fédérale leur avait refusé l'accès aux documents et avait envoyé le dossier aux Archives fédérales.

«C'est au moment de son archivage dans les magasins qu'il a été placé par inadvertance au mauvais endroit, au sein d'un autre dossier», écrivent les Archives fédérales mardi sur leur site internet. En précisant avoir étendu leurs recherches de façon soutenue ces derniers mois.

Affaire Crypto - Le Bureau du National n'ouvre pas encore d'enquête

L’idée d’une commission d’enquête parlementaire (CEP) sur l’affaire Crypto reste en suspens. Le Bureau du National ne tranchera que le 2 mars. Pour le chef du groupe socialiste Roger Nordmann, c’est "plutôt une bonne nouvelle".

Données personnelles

Les dossiers concernant l'enquête menée dans les années 1990 contre Crypto restent en partie toujours secrets aujourd'hui. Cette mesure est due à de nombreuses données personnelles, qui restent dignes d'être protégées, avait expliqué la semaine passée le vice-directeur du Service de renseignement de la Confédération (SRC) Jürg Bühler, qui avait dirigé l'enquête à l'époque alors qu'il était directeur de la police fédérale.

«Cryptoleaks»: dommages et conséquences

Jan Atteslander, responsable des relations économiques extérieures d'Economiesuisse, donne son avis sur les conséquences possibles et les dégâts en terme de réputation pour le pays.

Selon lui, les dossiers contiennent des informations de partenaires étrangers soumises à la protection des sources, de même que des procès verbaux de commissions parlementaires qui ne peuvent être ouverts pour l'instant. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion