Actualisé

Euro 2020Crash d’un ULM avant France – Allemagne: Greenpeace regrette

Un activiste de l’association écologique a failli s’écraser sur les tribunes avant le coup d’envoi du choc entre Allemands et Français, mardi soir à Munich

Un activiste de l’association écologiste Greenpeace, arrivé au-dessus du stade de Munich dans un engin de type ULM, a manqué de s’écraser sur les tribunes après avoir heurté un câble juste avant le coup d’envoi de France-Allemagne à l’Euro, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le pilote a survolé la pelouse de l’Allianz Arena avec inscrit sur sa voile «Kick Out Oil».

Le pilote a survolé la pelouse de l’Allianz Arena avec inscrit sur sa voile «Kick Out Oil».

Getty Images

Ce militant, qui a manqué de s’écraser en tribune mardi avant le début du match France – Allemagne de l’Euro à Munich, ne voulait en fait au départ que «survoler» le stade, a affirmé l’organisation écologiste. Le pilote a survolé la pelouse de l’Allianz Arena avec inscrit sur sa voile «Kick out Oil» («Arrêtez le pétrole», en anglais), avant d’être déséquilibré par un câble portant la «Spider Cam», cette caméra aérienne. Il a difficilement rétabli les commandes avant de frôler une tribune et de s’abîmer, sans dommages, sur la pelouse de l’Allianz Arena.

Le pilote de l’engin de type ULM «aurait dû survoler le stade et laisser tomber un ballon en latex» avec le message «Kick out Oil» («Dehors le pétrole», en anglais), selon un porte-parole. «Des difficultés techniques l’ont forcé à atterrir dans le stade», selon un communiqué publié sur le site de l’association.

Deux personnes ont été blessées, selon la police de Munich, qui a dit mardi soir envisager «plusieurs qualifications» pénales pour poursuivre le conducteur de l’ULM. L’UEFA a condamné un «acte inconsidéré» et la Fédération allemande (DFB) a jugé l’action «inacceptable».

La Fédération allemande (DFB) a condamné également l’incident après le match: «Cette personne s’est mise elle-même en danger et en a blessé d’autres. De notre point de vue c’est inacceptable (…) Les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves», a déclaré après le match le porte-parole de la DFB Jens Grittner.

«Nous sommes désolés que l’action de protestation ne se soit pas déroulée comme prévu» et «regrettons que des personnes aient été mises en danger et blessées», a précisé le porte-parole de Greenpeace. Le message de Greenpeace était adressé au constructeur automobile Volkswagen, un des sponsors principaux de l’Euro organisé cette année dans un format inédit avec onze villes hôtes réparties dans onze pays.

«Notre demande: arrêtez de vendre des voitures diesel et essence mauvaises pour le climat», avait tweeté peu après l’incident l’organisation sur son compte allemand.

«Les autorités judiciaires prendront les décisions qui s’imposent», a ajouté l’UEFA, qui a défendu au passage sa politique en matière d’environnement. «L’UEFA et ses partenaires sont pleinement engagés pour faire de cet Euro un tournoi durable et de nombreuses initiatives ont été mises en place pour compenser les émissions carbonées» de la compétition, organisée pour la première fois dans un format disséminé sur tout le continent, dans onze ville de onze pays.

«La tenue de la rencontre n’a heureusement pas été perturbée par une initiative aussi téméraire et dangereuse, mais plusieurs personnes ont été blessées malgré tout», a conclu l’UEFA.

(AFP)

Ton opinion

12 commentaires