Lausanne: Un drone au secours du réseau de chauffage
Actualisé

LausanneUn drone au secours du réseau de chauffage

Une campagne de thermographie aérienne, qui s'est terminée mercredi, avait pour but de détecter les failles du réseau de chauffage de Lausanne.

Un drone au secours du réseau de chauffage lausannois.

Un drone a survolé Lausanne au cours des dernières nuits avec comme objectif d'identifier des fuites sur le réseau de chauffage à distance. Cette campagne de thermographie aérienne, qui s'est achevée mercredi, s'est concentrée sur les quartiers nord de la ville.

«Notre but était de cartographier le réseau de chauffage à distance et d'y déceler d'éventuelles anomalies. Cela peut être des fuites ou des problèmes d'isolation», a expliqué à Keystone-ATS Bastien Wahlen, cofondateur de la société vaudoise Helitherm, mandatée par les Services industriels de Lausanne (SiL).

Des vols nocturnes

Lancée fin février, l'opération s'est focalisée sur les quartiers de Pierre-de-Plan, Boissonnet et Bossons, où le réseau de chauffage à distance date par endroits de 1934. Les premières conduites, principalement autour de l'usine de Pierre-de-Plan, montrent des signes de vieillissement qui se traduisent par des fuites d'eau chaude, ont relevé les SiL.

Les vols ont été effectués de 23h à 7 heures. «Le sol est encore froid à cette période de l'année. Avec nos caméras thermiques, il est facile de distinguer les contrastes chaud-froid entre le sol et les endroits où le réseau est défaillant», a noté Bastien Wahlen.

Modélisation

Les drones ont volé à une altitude d'environ 40 mètres. «Le fait de voler à basse altitude permet d'avoir une bonne résolution, ce qui n'aurait pas été le cas si nous avions fait des images depuis un avion», a souligné Bastien Wahlen.

Après le vol, les images récoltées par le drone ont été modélisées. «Cela nous a permis de créer un plan complet du réseau», a ajouté Ferdinand Martin, l'autre cofondateur d'Helitherm.

Selon lui, l'accueil de la population lausannoise a été mitigé. «Certains se sont montrés intéressés par notre travail, tandis que d'autres ont été suspicieux en pensant que l'on pourrait filmer leur domicile», a-t-il raconté.

Les SiL avaient affirmé «qu'aucune violation de la sphère privée n'était à craindre.» Dans leur communiqué présentant l'opération, ils avaient expliqué que les résultats de l'étude permettront d'établir un plan directeur d'assainissement du réseau de chauffage à distance. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion