Actualisé 26.11.2015 à 18:45

Climat

Un échec à la COP21 serait «catastrophique»

En visite au siège africain de l'ONU à Nairobi, le pape a estimé qu'il serait «catastrophique» de voir les intérêts particuliers l'emporter sur le bien commun».

Le pape François a prévenu jeudi devant l'ONU à Nairobi de conséquences «catastrophiques» en cas d'échec de la conférence internationale sur le climat à Paris (COP21).

Il a aussi dénoncé tous les trafics de produits précieux en Afrique, «qui alimentent le crime organisé et le terrorisme».

Dans un long discours en espagnol prononcé au siège africain de l'ONU, le pape a estimé qu'il serait «catastrophique» de voir les intérêts particuliers l'emporter sur le bien commun de la population du globe ou de voir la conférence instrumentalisée par les intérêts du monde des affaires.

«Nous sommes placés devant un choix que l'on ne peut ignorer: soit améliorer la qualité de l'environnement, soit détruire l'environnement», a-t-il dit.

Protéger la «création de Dieu»

Le pape, qui a emprunté son nom pontifical à Saint François d'Assise, saint patron de la nature, a fait de la protection de la «création de Dieu» la pierre angulaire de son pontificat. En juin, il avait publié une encyclique appelant à des mesures d'urgence pour sauver la planète.

François a demandé à la communauté internationale de se pencher d'urgence sur les trafics illégaux en Afrique: «le commerce illégal de diamants et de pierres précieuses, de métaux rares ou de valeur stratégique, du bois et de matériel biologique, ainsi que de produits d'origine animale, comme dans le trafic d'ivoire (...) alimentent l'instabilité politique, le crime organisé et le terrorisme».

François a aussi demandé de «sauvegarder et d'administrer de manière responsable les bassins du Congo, qui font partie des poumons de la diversité de la planète».

Migrants climatiques

Le pape a également évoqué les immigrés victimes du changement climatique qui ne sont pas protégés légalement: «l'augmentation du nombre de migrants fuyant la misère, accrue par la dégradation environnementale, est tragique.

Ces migrants ne sont pas reconnus comme réfugiés par les conventions internationales et ils portent le poids de leurs vies à la dérive, sans aucune protection légale».

Dialogue entre les religions

Jeudi matin, le pape avait plaidé en faveur du dialogue entre les religions en Afrique afin d'enseigner à la jeunesse que la violence et la haine ne pouvaient se justifier au nom de Dieu. Au cours de son voyage, le pape doit se rendre ensuite en Ouganda et en République centrafricaine, deux autres pays touchés par les conflits religieux.

«Trop souvent, la jeunesse est radicalisée au nom de la religion pour semer le désordre et la peur et pour déchirer le tissu même de nos sociétés», a déclaré François, s'adressant à 25 dirigeants musulmans et d'autres cultes religieux réunis à la nonciature apostolique de Nairobi.

Le président du conseil suprême des musulmans du Kenya, Abdulghafur El Busaidy, a lui aussi appelé à la coopération et à la tolérance entre les cultes. «En tant que peuple d'un Dieu et de ce monde, nous devons nous lever et à l'unisson nous tenir la main pour toutes ces choses qui sont essentielles pour notre progrès collectif», a-t-il dit.

Plusieurs dizaines de milliers de fidèles, dont le président Uhuru Kenyatta, se sont rassemblés dans le stade de l'université de Nairobi pour assister à une messe en plein air célébrée par le pape. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!