Actualisé 31.10.2013 à 11:32

ChineUn écolier se tue «sur ordre» de son prof

Un enfant chinois de dix ans s'est jeté depuis le trentième étage, après avoir été sommé par son professeur de rédiger son autocritique ou sinon de sauter dans le vide.

Une banderole a été déployée devant l'école primaire.

Une banderole a été déployée devant l'école primaire.

Le garçon s'était vu ordonner par son instituteur d'écrire une lettre d'excuses de 1000 caractères (chinois) pour ses bavardages en classe, a indiqué la Radio nationale chinoise (CNR), en citant un voisin de sa famille.

Alors que l'enfant avait échoué à plusieurs reprises à achever son autocritique, l'enseignant lui aurait alors déclaré qu'il n'avait plus qu'à sauter du haut de son immeuble, selon le reportage de CNR, qui cite des parents proches et un voisin.

«Maître, je n'y arrive pas»

D'après la radio, on a retrouvé quelques mots de l'élève, griffonnés dans un de ses manuels scolaires: «Maître, je n'y arrive pas. J'ai déjà hésité plusieurs fois quand j'ai essayé de sauter du haut de l'immeuble».

Après le décès tragique de l'enfant, des membres de sa famille ont brandi à l'extérieur de son école, dans la ville de Chengdu (sud-ouest), une banderole indiquant: «L'instituteur a obligé notre enfant à sauter du haut de l'immeuble» -- selon des photos diffusées jeudi sur internet.

«L'enquête de police est toujours en cours», a déclaré à l'AFP un responsable du district de Jinjiang, où le drame s'est produit. Il s'est refusé à donner d'autres détails.

Discipline très stricte

Le système d'éducation chinois est marqué par une discipline extrêmement stricte, la tradition chinoise inculquant un respect absolu de l'autorité et intimant aux enfants d'obéir scrupuleusement aux instructions de leurs enseignants.

Les séances d'autocritique ont profondément marqué la société chinoise durant les années noires du maoïsme et elles ont récemment été remises à l'honneur à l'occasion de la campagne anticorruption en cours.

L'école concernée a réagi jeudi sur son compte officiel de microblogs, indiquant que cet élève et plusieurs de ses camarades avaient reçu l'ordre de rédiger un texte d'introspection sur leur comportement après avoir perturbé un concours scolaire d'éloquence. Le garçon est mort «par accident», a assuré l'établissement. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!