Actualisé 12.01.2010 à 13:29

Pour falsifier ses notes

Un élève pirate le serveur informatique de son école

Un ado de 15 ans a piraté le serveur informatique de son collège d'Arras (F). Il envisageait d'améliorer ses notes - qui sont pourtant déjà bonnes.

de
phf

«C'était un jeu pour lui, il avait récupéré un logiciel sur Internet qu'il a voulu essayer, selon Elise Bozzolo, substitut du procureur chargée des mineurs. Il dit n'avoir pas mesuré les conséquences de ses actes.»

Brièvement placé en garde à vue le 5 octobre, l'élève de 3ème du collège privé Saint-Joseph a reconnu les faits, selon la gendarmerie qui a confirmé une information du quotidien La Voix du Nord. Il doit être prochainement convoqué par un juge des enfants.

L'adolescent, pourtant bon élève et féru d'informatique, a tenté de s'introduire dans le système de gestion des notes pour améliorer encore ses résultats, selon la gendarmerie. Pour pénétrer dans le serveur, il avait envoyé 40'000 e-mails à partir du système informatique du collège dans le but de le saturer et d'en prendre le contrôle.

La direction de l'établissement a déposé plainte et le parquet a saisi la cellule cybercriminalité de la gendarmerie d'Arras. Dans l'ordinateur de l'adolescent, identifié grâce à son adresse IP, les enquêteurs ont trouvé des logiciels permettant de pirater des systèmes informatiques.

Exclu pendant deux jours du collège, il a été réintégré et prépare son brevet, a précisé Dominique Devos, le directeur du collège. «Le pêché doit être traité et le pêcheur accompagné. Nous avons eu plus de peur que de mal», a-t-il expliqué.

«Ne pas en faire une vedette»

Dominique Devos réclame à la famille du jeune homme 750 francs de dommages et intérêts pour couvrir les frais d'installation d'un nouveau serveur informatique, dont l'achat (environ 7500 francs) a été pris en charge par le collège.

L'ado a dû également présenter des excuses au collège Saint-Joseph et en particulier un professeur de musique dont il a inondé la boîte de courriers électroniques indésirables. «Nous avons assuré notre rôle éducatif en sensibilisant les élèves, a conclu Dominique Devos dans La Voix du Nord. Le but était aussi que ce jeune ne devienne pas une "vedette".» (phf/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!