Actualisé 14.01.2014 à 22:16

Bernex (GE)

Un élu accusé à tort du vol de lampadaires

Le candidat UDC à la mairie a obtenu plusieurs candélabres de la commune. Qui le menace de «sanctions». Il semble être dans son droit.

de
Raphaël Leroy
Les lampadaires de la discorde font près de 3 m de haut

Les lampadaires de la discorde font près de 3 m de haut

«La commune veut me discréditer car je suis le grain de sable dans la grande machine.» Candidat UDC au poste de maire de Bernex, Walter Bisol est dans le collimateur de la mairie depuis octobre. En cause: quatre lampadaires d'environ 500 fr. pièce que l'élu municipal a obtenus auprès des Services industriels (SIG) venus en remplacer une centaine à la demande de l'Exécutif, qui les estimait trop vieux. Ce que conteste Walter Bisol.

«Les mâts ont été posés il y a seulement sept ans. Pourquoi les jeter? J'ai préféré les mettre dans mon jardin, comme ornement et étendage à linge.»

Sauf que Bernex ne l'entend pas de cette oreille. Propriétaire des luminaires, la mairie lui a envoyé une lettre le 12 novembre, lui intimant l'ordre de les restituer. Le cas est évoqué au Conseil municipal, où l'élu est menacé de «sanctions». «Je maintiendrai la demande le mois prochain», confirme le maire, Gilbert Vonlanthen.

Il apparaît pourtant que Walter Bisol est dans son bon droit. Selon les SIG, un accord oral est intervenu à l'été entre le contremaître de l'entreprise et celui de la commune, formalisé dans un mail du 1er octobre. Il stipulait que les habitants souhaitant récupérer un candélabre usagé étaient autorisés à le faire. L'élu UDC a donc bien usé de cette possibilité, même si, nous souffle-t-il, il ignorait totalement ce drôle d'accord.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!