«Ramadan le violeur»: Un élu condamné pour atteinte à la présomption d’innocence
Publié

«Ramadan le violeur»Un élu condamné pour atteinte à la présomption d’innocence

Le président du groupe Rassemblement national au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a été condamné lundi pour atteinte à la présomption d'innocence dans une affaire l'opposant à Tariq Ramadan.

Julien Odoul (à gauche) avait mis en cause l’islamologue suisse sur le plateau de LCI en juillet dernier.

Julien Odoul (à gauche) avait mis en cause l’islamologue suisse sur le plateau de LCI en juillet dernier.

Twitter/AFP

Tariq Ramadan, mis en examen pour plusieurs viols qu'il conteste, a fait condamner pour «atteinte à la présomption d'innocence» l'élu du RN Julien Odoul, qui l'avait qualifié de «violeur» sur LCI en juillet, a indiqué l'avocat de l'islamologue lundi 30 novembre à l'AFP.

Julien Odoul, membre du bureau du Rassemblement national, a été condamné lundi par un juge des référés du Tribunal de Paris à lui verser 10’000 euros (10 834 francs), dont 8000 euros (8667 francs) de dommages et intérêts.

L'intellectuel musulman suisse avait attaqué en justice l'élu du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté pour des propos tenus le 13 juillet sur le plateau de la chaîne d'information en continu.

«Un certain écho»


À l'époque, de nombreuses manifestations se multipliaient en France contre la nomination au gouvernement de Gérald Darmanin, accusé de viol. «Ces pseudos-féministes ne diront jamais rien contre Tariq Ramadan le violeur», avait accusé Julien Odoul, en réponse au journaliste qui l'interrogeait sur l'émergence de ces mouvements au stade de l'enquête.

L'élu avait ensuite relayé la vidéo de son intervention dans un tweet ainsi formulé : «Je suis gêné par l'indignation à géométrie variable de ces pseudos-féministes qui manifestent contre Gérald Darmanin, présumé innocent, mais qui n'ont jamais manifesté contre Tariq Ramadan ni contre les migrants coupables de viols et d'agressions sexuelles dans notre pays.»

Pour la juge des référés, «l'atteinte portée en l'espèce à la présomption d'innocence de Tariq Ramadan lui a nécessairement causé un préjudice moral en le présentant publiquement comme coupable auprès de tiers». «Commise par un homme politique, élu aux niveaux régional et municipal, elle a nécessairement eu un certain écho durant le temps de sa diffusion», ajoute la juge, constatant que Julien Odoul avait retiré son tweet le 27 juillet.

«C'est une satisfaction que la présomption d'innocence de M. Ramadan soit affirmée et que toute atteinte soit sanctionnée», s'est félicité l'un des avocats de Tariq Ramadan. «Nous n'hésiterons pas à poursuivre à chaque fois que cette présomption d'innocence sera bafouée», a ajouté Me Pascal Garbarini.

(AFP)

Ton opinion