Actualisé 11.08.2014 à 09:53

Cannabis

Un élu PLR prône plus de liberté pour les villes

Les villes suisses devraient avoir la liberté de tester la vente légale de cannabis, estime le conseiller national Ignazio Cassis (PLR/TI).

Ignazio Cassis.

Ignazio Cassis.

L'élu PLR juge «acceptable» la situation en matière de drogues en Suisse. «L'homme a toujours essayé d'améliorer temporairement sa conscience avec des substances psychotropes», explique le médecin et politicien tessinois, dans une interview parue lundi dans le «Blick». Les drogues sont consommées depuis des milliers d'années et leur suppression ne serait possible «que dans un Etat totalitaire», estime-t-il.

«La différence entre légal et illégal est une construction sociale et n'a rien à voir avec les effets des substances sur la santé». Les substances interdites ne doivent toutefois pas être banalisées, prévient-il. «Mais nous devons apprendre à composer judicieusement avec toutes ces substances». Ignazio Cassis réclame donc davantage de liberté de la part de la Confédération pour les villes qui veulent tester des projets comme des clubs de cannabis légaux.

«Nous devons être ouverts et oser expérimenter», conclut M. Cassis. «Si cela s'avérait impossible, alors cela voudrait alors dire que nous vivons à une époque médiévale, où le roi décide de ce qui est bon ou mauvais». (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!