Actualisé 17.01.2013 à 17:14

Trop de viols en Finlande

Un élu prône la castration de réfugiés

Un élu local du Parti des Finlandais (extrême droite) a réclamé la castration chimique de certains réfugiés, responsables selon lui de la majorité des viols, avant de se rétracter jeudi.

Kai Haavistom est conseiller municipal d'Espoo, en banlieue d'Helsinki.

Kai Haavistom est conseiller municipal d'Espoo, en banlieue d'Helsinki.

«Réduire médicalement les pulsions sexuelles pourrait être justifié pour ces groupes de réfugiés qui statistiquement en Finlande sont le plus souvent les auteurs des viols», a expliqué mercredi dans son blog Kai Haavisto, conseiller municipal d'Espoo, en banlieue d'Helsinki.

«Le viol est une affaire sérieuse. Oppresser et posséder les femmes est automatique dans certaines cultures ethniques», a-t-il ajouté.

Un porte-parole du parti a pris ses distances vis-à-vis de ces déclarations. «Elles ne représentent aucunement la ligne du parti», a déclaré Matti Putkonen à l'édition électronique du quotidien «Helsingin Sanomat».

«J'essaie seulement de défendre la femme finlandaise»

M. Haavisto est revenu sur ses propos, qu'il a qualifiés de «stupides», dans des déclarations à l'agence de presse finlandaise STT. «J'aurais dû lire le texte deux fois», a-t-il estimé.

«J'essaie seulement de défendre la femme finlandaise, dont la vie est ruinée par un tel viol», a-t-il encore indiqué.

Entre janvier et novembre 2012, 2890 personnes ont demandé l'asile en Finlande. En 2011, 4,8% de la population finlandaise était d'origine étrangère, dont 41% venant de pays extra-européens.

Pas le premier scandale

Le Parti des Finlandais, dirigé par le charismatique Timo Soini, avait causé la surprise lors des élections législatives d'avril 2011 en remportant 39 des 200 sièges du parlement.

Ce n'est pas le premier scandale qui éclabousse le parti. Entre autres affaires, un de ses élus a été condamné en 2009 pour incitation à la haine après des propos insultants pour l'islam. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!